Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Les dernières déclarations de Bernie Ecclestone

F1: Les dernières déclarations de Bernie Ecclestone

Par ,

D'après GMM

Le patron de la Formule 1 Bernie Ecclestone a nié une entente avec les diffuseurs stipulant qu'une grille de 20 voitures est nécessaire au respect du contrat entre ces derniers et la F1.

« D'abord, il n'existe absolument aucune clause du genre. Ensuite, rien ne nous permet de croire qu'il n'y aura pas 20 voitures sur nos grilles de départ cette année », a déclaré Ecclestone.

Selon lui, tout porte à croire que l'écurie Honda trouvera preneur - annihilant l'inquiétude de seulement 18 voitures sur la grille de Melbourne - ou, à tout le moins, que d'autres équipes pourraient remplacer cette dernière sur la grille.

« Nous sommes dans un processus de diminution des budgets en Formule 1. Si nous faisons suffisamment bien notre travail, d'autres équipes se joindront à nous très bientôt », a-t-il conclu à ce sujet.

Vettel devrait déjà être chez Ferrari

Les 20 voitures sur la grille de départ ne sont toutefois pas les seules choses que le magnat de la F1 a en tête. En effet, Ecclestone est aussi d'avis que Sebastian Vettel se retrouvera très vite chez Ferrari.

Déjà surnommé « bébé Schumi » par les quotidiens allemands, Vettel a impressionné tout le monde en F1 en remportant une course à bord d'une Toro Rosso la saison dernière.

Présent à l'événement « Wrooom media » de Ferrari la semaine dernière, Ecclestone aurait félicité Massa pour ses efforts de la saison 2008... et affirmé que Vettel est l'homme du futur!

« Je vois Sebastian chez Ferrari. En fait, je suis même un peu surpris qu'il ne soit pas déjà sous contrat avec la marque italienne. Je suis toutefois absolument persuadé qu'ils seront réunis dans un avenir rapproché », a-t-il déclaré.

Le multimilliardaire a également affirmé que tout ce qui différenciait Vettel de Schumacher était les sept titres mondiaux de ce dernier. « Vous me poserez cette question à nouveau dans huit, neuf ou dix ans », a-t-il conclu.