Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Les médias internationaux croient que c'est fini pour Sebastian Vettel

F1: Les médias internationaux croient que c'est fini pour Sebastian Vettel

Par ,

D’après GMM

Les médias internationaux n’ont pas été impressionnés par la performance du jeune allemand Sebastian Vettel lors du Grand Prix de Belgique tenu sur le toboggan de Spa-Francorchamps.

Photo: WRI2
Photo: WRI2
Photo: WRI2

Le journal italien La Repubblica déclare que Vettel, pilote de l’écurie Red Bull Racing, est impliqué dans un incident « à chaque course ».

« Il aurait pu facilement gagner le titre cette année, mais il est maintenant certain qu’il n’y parviendra pas, » peut-on lire dans le journal.

Vettel a perdu le contrôle de sa Red Bull-Renault RB6 sur le circuit de Spa, et a percuté la McLaren de Jenson Button.

« Vettel est le plus gros perdant cette saison, » d’écrire le Corriere della Sera de Milan.

L’ancien triple champion du monde de F1, Niki Lauda, a déclaré : « Nous verrons bien si cette erreur lui coûtera le titre mondial ».

« Il y a de la pression, et il faut vivre avec, » d’ajouter Lauda.

Michael Schumacher apporte toutefois son soutien au jeune Allemand, selon ce qu’affirme l’agence SID.

« Qu’il oublie cet incident et regarde plutôt droit devant, » de dire Schumacher.

« La pire chose que les supposés experts, et je m’inclus dans ce groupe, peuvent faire est de donner toutes sortes de conseils. Il (Sebastian) sait ce qui est arrivé et ce qui aurait dû être différent. Tout ce que je peux dire est que la saison est encore longue ».

Christian Danner, ancien pilote de Grand Prix, a déclaré : « Ce n’est pas qu’il veuille trop, c’est plutôt qu’il est impatient »

Marc Surer, un autre ancien pilote, ajoute : « Il a voulu doubler et ça s’est mal déroulé. On ne peut pas le blâmer. Suivre un adversaire n’est pas son style de pilotage, et j’aime ça. Oui, ça s’est mal terminé, mais il faut aussi attaquer ».

Quant à Klaus Ludwig, autre ancien pilote de renom, il précise : « Les conditions étaient extrêmement difficiles. Vous n’avez pas idée. C’était comme marcher sur une corde extrêmement étroite… »