Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: L'Europe aux oubliettes?

F1: L'Europe aux oubliettes?

Par ,

D’après Crash.net

Bernie Ecclestone a affirmé qu’il ne considérait pas ramener le Grand Prix de Turquie, même si le Grand Prix 2012 des États-Unis en difficulté venait à être abandonné. C’est dire qu’un vent de changement souffle sur le vieux continent.

Les travaux n'avancent pas comme prévu à Austin (Photo: Kevin McCauley)
Les travaux n'avancent pas comme prévu à Austin (Photo: Kevin McCauley)

« Je pense que d’ici quelques années, il n’y aura plus que cinq courses européennes [sur 20 Grands Prix], a avoué Ecclestone au journal espagnol Marca. L’Europe est peut-être bonne pour le tourisme, mais pas pour la F1. »

En effet, le climat économique qui règne actuellement dans le monde, et particulièrement en Europe, n’est pas très accueillant pour le monde de la Formule 1. Pourtant, les Grands Prix alternatifs ailleurs dans le monde n’ont pas tous été couronnés de succès. Ceux de Turquie et de Corée éprouvent notamment des difficultés.

Barhain est aussi une des pistes modernes en difficultés dernièrement
Barhain est aussi une des pistes modernes en difficulté dernièrement

Mais Ecclestone n’a pas les mains liées par un manque d’options. Il peut – littéralement – explorer les quatre coins du monde.

La possibilité d’une course au Mexique est d’ailleurs présentement envisagée très sérieusement par Autosport.com. Son positionnement géographique (tout près des épreuves nord et sud-américaines), la présence actuelle en F1 des pilotes mexicains Sergio Perez et Esteban Gutierrez et la popularité touristique du Mexique sont autant de facteurs qui font du pays un candidat sérieux pour accueillir un Grand Prix.

« À voir les masses qui se sont déplacées pour voir la démonstration de Perez dans les rues de sa ville natale plus tôt cette année, cela prouve la popularité croissante du sport », a déclaré Carlos Slim Domit – un important homme d’affaires mexicain – dans le magazine FIA in motion.

Une des compagnies avec lesquelles Slim Domit travaille, Telmex, est d’ailleurs en grande partie responsable de la venue en F1 de Perez et de Gutierrez.

« Un Grand Prix du Mexique ferait un excellent pont entre les épreuves nord et sud-américaines (Canada, États-Unis, Brésil), poursuit-il, et consoliderait à merveille l’intérêt des Brésiliens pour la F1. »