Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Lewis Hamilton craint une conspiration

F1: Lewis Hamilton craint une conspiration

Par ,

D’après GMM

Heureux d’avoir remporté la victoire devant ses partisans à Silverstone, le Britannique a déchanté dimanche en Allemagne avec une troisième place.

Son retard sur son coéquipier Nico Rosberg est maintenant de 14 points.

Hamilton a pris le départ depuis la 20e place et a terminé troisième derrière Nico Rosberg et Valtteri Bottas.

Hamilton croit qu’il aurait pu récolter un meilleur résultat après avoir vu la Sauber immobilisée d’Adrian Sutil, car l’intervention de la voiture de sécurité aurait réduit l’avance de Rosberg à néant.

« Cela m’a réellement inquiété, car j’étais sûr que la voiture de sécurité allait entrer en piste, ce qui aurait passablement compliqué les choses pour moi », d’avouer Rosberg après la course.

F1 safety car Hockenheim
Voiture de sécurité à Hockenheim. (Photo: WRi2)

Rosberg et plusieurs pilotes ont été étonnés de constater qu’il aura fallu autant de temps pour retirer la Sauber en panne. D’autant que deux semaines auparavant, les officiels britanniques n’avaient pas hésité à retarder la course d’une heure pour réparer une glissière de sécurité abimée.

« J’étais inquiet pour les commissaires de piste. Vraiment inquiet », de dire Hamilton.

« Ça a passé très près. Je n’avais pas vu cela depuis longtemps ».

Il a même ajouté que cela lui avait rappelé des souvenirs du tragique accident survenu en Afrique du Sud en 1977 quand un commissaire fut tué lorsqu’il traversa la piste, ainsi que le pauvre pilote Tom Pryce.

« C’est la première chose à laquelle j’ai songé. Je n’arrivais pas à y croire. Comment peut-on laisser une voiture immobilisée en pleine piste et ne rien faire durant plusieurs tours ? Il faut savoir pourquoi », de poursuivre Hamilton.

Il est difficile d’affirmer qu’il y a conspiration afin de ne pas nuire à la course de Rosberg.

Toto Wolff de Mercedes ajoute que le fait de ne pas avoir fait sortir la voiture de sécurité correspond à la nouvelle mentalité de la F1 de réduire l’interférence durant les courses.

« Sous l’ancien esprit de la FIA, la voiture de sécurité serait intervenue en piste », de dire Wolff au magazine Auto Motor und Sport.

« Toutefois, je crois que Charlie [Whiting] a délibérément choisi de ne pas envoyer la voiture de sécurité en piste pour ne pas bouleverser la course avec 15 tours à faire ».