Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Lotus Renault a payé Robert Kubica en 2011

F1: Lotus Renault a payé Robert Kubica en 2011

Par ,

D'après GMM

Gerard Lopez révèle que Robert Kubica a été payé par Lotus Renault en 2011.

Les commentaires du propriétaire de l'écurie font suite aux différentes suggestions récentes que l'équipe d'Enstone préférerait aligner Bruno Senna, Romain Grosjean ou Vitaly Petrov l'an prochain.

Gerard Lopez vient dans Auto Motor und Sport démentir ces rumeurs et le fait que Renault cherche des pilotes payants.

« Si Robert est sur le marché, bien sûr que nous le prendrons. Notre modèle commercial requiert le succès sur la piste. De plus, nous avons versé le salaire de Robert cette année, même s'il n'a pas pris part à une seule course », révèle le président de Lotus Renault.

Robert Kubica au volant de la Lotus Renault R31. (Photo: WRi2)
Robert Kubica au volant de la Lotus Renault R31. (Photo: WRi2)

La semaine passée, la presse faisait état des commentaires de Eric Boullier fixant sa date limite à la mi-octobre, tandis que Robert Kubica pourra décider son retour en 2012 début novembre, seulement.

Gerard Lopez précise : « Nous nous pencherons sur le sujet début novembre. Robert aura une voiture et pourra nous montrer ce qu'il est capable de faire. Les données d'analyses sont tellement bonnes maintenant que l'on voit avec une autre voiture s'il est capable physiquement de revenir ».

Une autre suggestion récurrente poursuit l'équipe cette saison, à savoir que Genii gère l'équipe Lotus Renault comme une affaire plutôt que comme une équipe de course qui cherche des résultats. Et que les paiements pour la fourniture du moteur auprès de Renault Sport F1 sont en retard.

Gerard Lopez dément fermement et insiste : « Nous payons toutes nos factures dans les temps ».

Il ajoute : « Nous avons augmenté l'effectif de 480 à 520 employés. Nous avons amélioré notre soufflerie de 50 à 60 pour cent, et nous sommes sur le point d'installer un nouveau simulateur. Ce ne sont pas des choses que l'on fait, si l'on n'a que le business en tête ».