Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Mercedes va perdre beaucoup avec l'interdiction du ''Fric''

F1: Mercedes va perdre beaucoup avec l'interdiction du ''Fric''

Par ,

D'après GMM

Lewis Hamilton a quitté Silverstone sans faire de commentaire, se préparant à une grande course face à Nico Rosberg en Allemagne.

Cependant, Mercedes pourrait avoir un problème pour conserver son avance sur ses concurrentes.

Charlie Whiting a lancé une bombe à Silverstone en annonçant aux équipes que les systèmes de suspensions presque actives, communément appelées FRIC, sont désormais illégales.

Le concept s'est répandu dans tout le paddock et l'on croit que toutes les monoplaces en sont équipées.

« C'est arrivé comme une surprise. Ce n'est basé sur aucune action d'aucune équipe. C'est une action de la FIA », d'expliquer Éric Boullier, le patron de McLaren.

Sans les commentaires du patron de McLaren, on aurait pu supposer qu'une équipe s'était plainte à Charlie Whiting, car le système installé sur la Mercedes dominatrice serait considéré comme plus avancé que les autres.

« J'ai entendu dire que le système Mercedes est très compliqué. Ce qui pourrait les affecter davantage », de déclarer Max Chilton, le pilote Marussia.

F1 Mercedes W05 Lewis Hamilton Nico Rosberg
Lewis Hamilton et Nico Rosberg, Mercedes AMG W05. (Photo: WRi2)

Pour le moment, la FIA n'interdit pas le système, mais la directive technique de Charlie Whiting prévient que les équipes peuvent théoriquement porter réclamation dès Hockenheim.

Afin d'éviter les polémiques, certaines équipes pourraient tout simplement supprimer le FRIC.

« Nous avons pensé que nous pourrions aussi essayer la voiture sans le système, au cas où il faudrait le faire de toute façon », d'ajouter Max Chilton après sa journée d'essais à Silverstone.

Le pilote britannique a précisé que la Marussia n'était pas trop différente avec ou sans le système.

Cependant le système installé sur la Marussia pourrait ne pas être aussi « extrême » que d'autres.

« Je pense que certaines équipes ont peut-être été extrêmes. C'est probablement pourquoi la FIA s'interroge sur la légalité du système », de commenter Éric Boullier.

« Je ne connais pas les secrets de conception des autres équipes. Je pense que pour la plupart des équipes, ce ne sera pas flagrant. Peut-être que certaines équipes qui l'utilisent à l'extrême pourraient être potentiellement en difficulté pour revenir à des suspensions non-connectées », d'ajouter le Français.

Théoriquement, cette directive technique pourrait être une bonne nouvelle pour les rivaux de Mercedes et une très mauvaise pour l'équipe dominatrice du championnat 2014.

« Après ce qu'a dit la FIA, je suppose que certaines voitures seront plus touchées que d'autres, s'il y a ce changement », de remarquer Sebastian Vettel dans Speed Week.

Pour l'expérimenté correspondant d'Auto Motor und Sport, l'équipe Mercedes est probablement hors d'atteinte, même sans le système.

« Mercedes peut devoir renoncer à une partie de son avantage, mais l'écart avec le peloton est si grand que les Flèches d'Argent ne sont pas en difficulté. D'autant plus que Red Bull a un système assez similaire et aussi bon », d'écrire Michael Schmidt.