Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Pourquoi la décision de McLaren était la bonne à Bahreïn

F1: Pourquoi la décision de McLaren était la bonne à Bahreïn

Par ,

À Bahreïn dimanche dernier, Sebastian Vettel a remporté la 28e victoire de sa carrière au terme d’une course excitante partout dans le peloton, grâce à Pirelli et aux pilotes McLaren.

Il est bien connu que les dirigeants de McLaren n’aiment pas les consignes d’équipe. Ils les détestaient à l’époque glorieuse d’Ayrton Senna et Alain Prost sous les ordres de Ron Dennis.

Et quand Jenson Button et Sergio Pérez se sont battus férocement pour une place d’honneur, comme ce fut le cas dimanche dernier, Martin Whitmarsh a refusé de leur imposer des consignes.

F1 Jenson Button McLaren Sergio Perez
Photo: McLaren F1 Team

On ne peut nier que la dégradation rapide des pneus Pirelli a joué un rôle crucial dans la confrontation des équipiers McLaren, mais c’est réellement l’absence de consignes qui a enflammé leurs débats !

Même si Button a demandé par radio à son équipe « calmez-le un peu » à propos de Pérez, Whitmarsh et ses collègues les ont laissé faire ce qu’ils font de mieux : disputer une course.

Certains pourront affirmer toutefois que la décision de les laisser se battre aura coûté à McLaren des points au championnat des constructeurs. Pérez aurait peut-être eu une chance d’attaquer la Mercedes AMG de Lewis Hamilton pour la cinquième place en fin de course. S’il n’avait pas surchauffé ses pneus en luttant contre le jeune Mexicain, Button aurait peut-être pu terminer dans le top 6. Mais en sport automobile, les « si » ne comptent pas. Seul le résultat final importe.

Toutefois, sachant qu’il y a très peu de chances que McLaren soit en lutte pour le titre mondial cette saison (malgré tous leurs efforts), l’absence de consignes d’équipe est une très bonne chose, sportivement parlant.

Voici pourquoi.

Les spectateurs économisent beaucoup d’argent pour acheter des billets et assister à la course de Formule 1. Ils méritent de voir une vraie course ; pas une parade. Ils n’espèrent pas voir un pilote rester sagement derrière une autre suite à des consignes et ne s’attendent pas à assister à une course rendues artificiellement excitante à cause de la dégradation (trop) rapide des pneumatiques.

F1 McLaren Sergio Perez Bahrain Jenson Button
Photo: McLaren F1 Team

McLaren a donc pris la décision que toute écurie devrait prendre dans ces circonstances et laisser des millions d’amateurs voir ce qu’ils désirent voir : c’est-à-dire voir les meilleurs pilotes du monde lutter sans devoir respecter des consignes. Les conséquences de cette décision seront débattues plus tard…

C’est ce qui s’est passé à Bahreïn. Excellent. Il s’agit de l’écurie McLaren qui n’est pas devenue la seconde écurie de F1 la plus titrée pour rien.

Même si Button a qualifié le comportement en piste de son coéquipier de « salaud » après la course, l’affaire s’est terminée derrière des portes closes dans le paddock.

Après cette réunion, Button a écrit ce qui suit sur Twitter : « importante discussion hier avec Checo Pérez pour résoudre le problème. Comme équipe, nous devons progresser et affronter la prochaine course. Rendez-vous à Barcelone ». 

Ainsi, McLaren nous a offert une magnifique bataille en piste et un superbe divertissement à Bahreïn. En n’émettant pas de consignes d’équipes, ce fut une des luttes les plus justes que nous ayons vues cette saison.