Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Poursuite des discussions sur l'entente de diminution des ressources; Red Bull nie avoir triché

F1: Poursuite des discussions sur l'entente de diminution des ressources; Red Bull nie avoir triché

Par ,

F1: Poursuite des discussions sur l’entente de diminution des ressources; Red Bull nie avoir triché.

L’équipe championne 2010 Red Bull a nié les allégations voulant qu’elle n’ait pas respecté l’entente de diminution des ressources.

Pendant ce temps, les discussions se poursuivent pour une révision de l’entente qui serait effective dès cette année, et ce, jusqu’en 2017.

Red Bull serait une des équipes qui retardent la ratification de l’entente qui, dans l’ensemble, a déjà été approuvée au grand prix de Singapour, mais qui, dans les détails, ne fait toujours pas la majorité.

Red Bull exigerait des changements en ce qui a trait à la période pendant laquelle l’entente doit être respectée au cours d’une saison ainsi qu’une révision des pénalités infligées pour bris de l’entente. L’équipe aimerait aussi une révision des zones visées par l’accord.

Cette attitude très conservatrice de Red Bull a incité l’ancien président Max Mosley à déclarer, avant les Fêtes, que Red Bull avait fort probablement brisé l’accord en 2010, sans quoi elle ne serait pas autant sur ses gardes quant à la signature d’un nouvel accord.

Red Bull n’avait pas répondu à ces allégations jusqu’à maintenant. Christian Horner a précisé que, contrairement aux rumeurs, Red Bull n’avait pas dépassé les limites statuées dans l’entente de diminution des ressources.

« Nous sommes probablement troisièmes ou même quatrièmes au chapitre des budgets annuels. Nous sommes en faveur de pareilles ententes du moment que tout le monde les respecte et qu’elles sont équitables, consistantes, claires et transparentes », a-t-il ajouté.

La FOTA devrait se rencontrer à nouveau à ce sujet d’ici le début de la saison. Si elle n’arrive pas à un consensus, les dispositions de l’accord de 2010 s’appliqueront en 2011 puisque l’accord est valide jusqu’en 2012 – à moins que ne soit signée une nouvelle version d’ici là.