Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Ross Brawn aime le défi Pirelli par rapport aux Bridgestone

F1: Ross Brawn aime le défi Pirelli par rapport aux Bridgestone

Par ,

Le directeur principal de Mercedes AMG ne comprend pas la frustration de nombreux directeurs d'écurie ou de pilotes vis-à-vis des pneus 2012 Pirelli.

Michael Schumacher en tête s'est plaint auprès du fabricant italien et plusieurs autres patrons d'équipe aimeraient retrouver de la stabilité dans cette dégradation de pneus.

Mais Ross Brawn explique à Autosport : « Vous pouvez vous en plaindre, mais vous pouvez aussi continuer la tête baissée et faire un meilleur travail que les autres. C’est ce que nous essayons de faire car les pneus ne changeront pas de façon spectaculaire durant l’année ».

Mercedes AMG F1
Photo: Mercedes AMG F1 Team

Le Britannique poursuit : « Nous savons ce qu'il est nécessaire de faire, mais nous ne savons pas comment le faire. Il ne faut pas qu'ils soient trop chauds, ni qu'ils soient trop froids, c'est le secret. La difficulté c’est que vous avez quatre pneus sur la voiture et lorsque vous êtes sur un circuit comme Barcelone, le côté gauche devient trop chaud et le côté droit trop froid. Cela vient de la configuration de la piste. Vous devez travailler sur la façon d’obtenir que les pneus travaillent bien ensemble tout autour de la piste pour avoir le meilleur équilibre ».

La patron de Mercedes AMG explique le défi de chaque équipe lors de chaque grand prix : « Ce qui est fascinant, c’est de voir des voitures effectuer une course ordinaire, puis soudain, elles se retrouvent dans la bonne fenêtre et deviennent extraordinaires. C’est un défi très intéressant ».

F1 Pirelli
Photo: Pirelli

Et bien que cette fenêtre d'utilisation des pneus soit compliquée à cerner, Ross Brawn préfère cette situation à celle de 2010 avec des pneus Bridgestone trop endurants.

« Je pense qu’en 2010, les pneus étaient devenus trop prévisibles. Les pneus étaient trop bien compris et surtout très cohérents. Il y avait donc une certaine prévisibilité sur la façon dont les pneus allaient se comporter. C’était facile de savoir comment ils allaient travailler et je me rappelle qu’il y avait des commentaires sur le besoin de secouer un peu cela. Trouver un produit qui convienne à tout le monde est une tâche assez difficile mais la saison est longue, je pense que les équipes vont s’améliorer. Nous avons déjà fait des progrès dans la compréhension des pneus, mais nous n'arrivons pas encore les maîtriser. Chaque course fournit une nouvelle autre information, qui permet une meilleure compréhension », de conclure Ross Brawn.