Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Sebastian Vettel inquiet de son manque de compréhension des pneus Pirelli

F1: Sebastian Vettel inquiet de son manque de compréhension des pneus Pirelli

Par ,

Triple champion du monde de Formule 1, Sebastian Vettel a avoué au site Formula1.com être inquiet à moins de 10 jours du premier Grand Prix de la saison 2013 en Australie.

Suite aux derniers essais hivernaux tenus à Barcelone, Vettel dit qu'il reste encore beaucoup de travail à effectuer. Il précise ne pas être pleinement satisfait du comportement de la plus récente création d'Adrian Newey, la Red Bull RB9 Renault, chaussée des nouveaux pneus Pirelli.

« Je crois que nous avons tous été limités par ce que les pneus peuvent faire. Il fut extrêmement difficile d'évaluer les changements de réglages et trouver dans quelle direction faire évoluer la voiture tout simplement parce que les pneus ne sont pas assez bons », de dire Vettel.

F1 Red Bull RB9
Photo: Red Bull/Getty Images

« Puisque le rendement des pneus n'est pas constant, nous n'arrivons pas à mettre le doigt sur les lacunes de la voiture. Nous devons bien analyser les données d'ici Melbourne afin de mieux se préparer pour les premières courses de la saison. Selon moi, les chronos enregistrés lors des essais hivernaux ne veulent strictement rien dire », d'ajouter le jeune Allemand.

« J'aurais préféré travailler encore plus sur les réglages, mais je ne crois pas être le seul pilote dans cette situation. Je crois que tout le monde a eu bien du mal dans ce domaine. Nous (Red Bull) ne pouvons pas être satisfaits de la situation actuelle. Mais il reste encore pas mal de temps avant la première course à Melbourne pour effectuer de modifications majeures », de dire Vettel.

Le pilote Red Bull Racing a précisé ne pas croire que l'écurie Mercedes AMG a produit une monoplace gagnante. « Nous avons tous vu les chronos. Mais en ce moment, il est difficile de dire quel type de pneus procure une réel avantage et il est évident qu'il est mieux de rouler avec beaucoup moins d'essence dans la voiture ! » de sourire le jeune pilote.

Comme son coéquier, Mark Webber, Vettel aurait bien aimé disposer de deux semaines supplémentaires d'essais.

« J'avoue que nous n'avons jamais disputé des essais hivernaux aussi indécis. La durée de vie des pneus varie selon la température à laquelle vous les faites chauffer. Je crois donc qu'il est impossible d'estimer avec exactitude la vitesse réelle de chaque voiture, et de faire quelque prédiction que ce soit », de terminer Vettel.