Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1 Technique: James Allison admet que la Lotus Renault souffre à basse vitesse

F1 Technique: James Allison admet que la Lotus Renault souffre à basse vitesse

Par ,

Le directeur technique de l'écurie de Formule 1 Lotus Renault GP admet que la R31 n'est pas à l'aise dans les virages lents et que ses échappements révolutionnaires ne donnent pas entière satisfaction.

« Tout le monde peut constater que nous avons souffert à Monaco, en Hongrie et à Singapour, » déclare James Allison, directeur technique de l'écurie d'Enstone.

« Il est plus difficile de dire avec précision quel élément peut avoir autant d’impact sur nos performances sur ces circuits lents. Il n’est pas clair non plus de savoir pourquoi Singapour a été encore bien pire que Monaco ou la Hongrie. L’explication la plus simple est que nous manquons d’appui dans les virages lents, » a-t-il ajouté.

L'ingénieur britannique souligne que le concept innovateur des échappements à sortie avant de la R31 a causé bien des maux...

« Nous savons depuis nos expérimentations avec les échappements traditionnels, qui soufflent vers l’arrière, qu’ils offrent beaucoup plus d’appui à l’arrière, en particulier avec des hauteurs de caisse à l’arrière élevées. Nous savons que les circuits à basse vitesse permettent de maintenir une hauteur importante de l’arrière dans tous les virages et nous savons que l’appui arrière est un avantage pour faire passer la forte demande en motricité sur ces circuits, » explique Allison.

Vitaly Petrov, Lotus Renault GP. (Photo: Pirelli)
Vitaly Petrov, Lotus Renault GP. (Photo: Pirelli)

« Nous savons aussi que les échappements vers l’avant, par contraste, se comportent mieux lorsque la hauteur de l’arrière se comprime. Ce qui est inévitable sur les courbes à moyenne et haute vitesse. Il est sans doute raisonnable de conclure que c’est le mécanisme de base en vertu duquel notre performance s’est écroulée sur les circuits lents.

Allison précise que la R31 semble souffrir d'une hyper sensibilité aux variations d'assiette, ce qui n'est pas le cas des Red Bull RB7 qui fonctionnent bien sur tous les types de circuits.

« Les échappements n'expliquent pas tout. À Spa et à Monza, où nos performances ont été acceptables, nous avons dû modifier l'équilibre aérodynamique pendant le week-end. Notre voiture est très sensible et ne pardonne strictement rien, même sur le plus fin désalignement géométrique. Ce week-end, nous avons été ennuyés par des soucis d’aileron arrière et de plancher. Ils semblent même plus sensibles à très basse vitesse qu’à des vitesses plus élevés où notre voiture est plus à l’aise, » ajoute l'ingénieur.