Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Un témoin soutient la version de Bernie Ecclestone à Munich

F1: Un témoin soutient la version de Bernie Ecclestone à Munich

Par ,

D'après GMM

La défense de Bernie Ecclestone expliquant un chantage de Gerhard Gribkowsky a obtenu un coup de pouce cette semaine au tribunal.

Le grand argentier de la F1 a toujours clamé qu'il était « menacé » par l'ancien banquier allemand, actuellement emprisonné pour avoir accepté 44 millions $ de Bernie Ecclestone.

Cette défense de Bernie Ecclestone a reçu une aide cette semaine avec le témoignage d'un ancien collègue de Gribkowsky, qui travaillait également sur le dossier de la F1, à la BayernLB.

Au début de son témoignage, l'ex-employé de banque laissait entendre que Bernie Ecclestone voulait « se débarrasser » de la BayernLB comme actionnaire. Le Britannique a alors été vu réagir en secouant la tête.

« À mon avis, notre départ était dans son intérêt. Sa vision n'était pas d'avoir des banques comme actionnaires. Je suis certain qu'il voulait que nous vendions », d'expliquer le témoin, selon le Kleine Zeitung.

L'ancien collègue révèle alors que Bernie Ecclestone et Gerhard Gribkowsky ont travaillé de plus en plus étroitement, écartant les autres banquiers du dossier de la F1.

« Notre implication a diminué progressivement pour finalement s'arrêter complètement », de déclarer le témoin.

Les procureurs ont rapidement conclu que si les personnes étaient écartées de la F1, c'était en raison des négociations entre Ecclestone et Gribkowsky sur le versement controversé des 44 millions de dollars.

Mais Bernie Ecclestone affirme depuis toujours qu'il a payé Gribkowsky uniquement parce que celui-ci menaçait de dénoncer les montages fiscaux de sa famille aux autorités britanniques.

Le témoin confirme cette version du Britannique.

L'ancien employé de la BayernLB a rappelé une lettre placée sur le bureau de Bernie Ecclestone, contenant les détails du montage de la compagnie familiale Bambino, dont Bernie Ecclestone est en charge.

Le témoin se souvient que lorsque Gribkowsky avait été réprimandé pour avoir laissé ce document à la vue d'Ecclestone, « Gribkowsky a simplement ri ».

Pour autant, ce même témoin avait comparu dans le procès de Gribkowsky, et le verdict avait finalement condamné Gerhard Gribkowsky.

Le journal autrichien indique que trois autres personnes de la BayernLB doivent témoigner aujourd'hui.