Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Gilles Villeneuve: Quelques anecdotes de son agent, Gaston Parent

Gilles Villeneuve: Quelques anecdotes de son agent, Gaston Parent

Par ,

Alors que je travaillais à une émission spéciale de télévision, Gaston Parent, l'agent d'affaires de Gilles Villeneuve, m'a accordé, en 2002, ce qui doit être sa dernière interview. L'homme d'affaires est décédé en mai de l'année suivante, emportant avec lui bien des souvenirs...

En 1976, Gaston Parent était un homme d'affaires prospère dans une grosse agence de publicité. Il a connu Gilles Villeneuve par hasard, car ce dernier cherchait de l'argent pour courir en Formule Atlantique.

Villeneuve devait envoyer 5000$ à l'écurie pour courir à Halifax et décrocher le titre de la série. Parent fut séduit par la ténacité du jeune pilote et paya la note.

Gaston Parent Gilles Villeneuve
Gaston Parent (Photo: Musée Gilles Villeneuve)

Gilles Villeneuve courut donc à Halifax, gagna la course et le titre. Quelques semaines plus tard, Parent assista au Grand Prix de Trois-Rivières. Dans cette course de Formule Atlantique, Gilles réussit à battre le pilote de F1 de l'écurie McLaren, James Hunt, à matériel égal.

Début 1977, Teddy Mayer de McLaren propose un contrat de quatre courses à Villeneuve. Ce dernier a besoin d'être conseillé. « J'étais trop occupé pour aller en Angleterre. J'ai dit à Robert St-Onge (son bras droit) d'aller avec Villeneuve signer le contrat », nous a raconté Parent lors de cette entrevue.

Contrat en poche, Gilles dispute en juillet 1977, son premier Grand Prix au volant d'une McLaren d'un an, mais stupéfiait le monde de la F1.

Quelques semaines plus tard, Mayer a un problème. Il vient d'engager Patrick Tambay comme coéquipier de James Hunt pour la saison prochaine. Il doit donc se débarrasser de Villeneuve. « Les tractations ont commencé entre Mayer et Ferrari. Mayer ne voulait pas que Gilles aille dans l'écurie Wolf, une nouvelle équipe canadienne. Il l'a téléguidé chez Ferrari », de poursuivre Parent.

« Un jour, Gilles m’appelle. Il était fort excité. Il me dit que M. Ferrari l'a contacté et qu'il lui offre un contrat. Nous devons aller en Italie. En fait, Niki Lauda venait de claquer la porte de Ferrari qui devait maintenant trouver un remplaçant. Je ne voulais pas aller en Italie... Mais mon ami Walter Wolf, le propriétaire de la nouvelle écurie de F1, m'a convaincu d'y aller » de dire Parent.

Villeneuve était agité à l'idée de rencontrer Enzo Ferrari en personne. « Pour moi, c'était totalement différent. J'étais un homme d'affaires canadien qui allait en Italie discuter avec un homme d'affaires italien. Point final. » de poursuivre Parent.

F1 Fiorano Ferrari
Circuit de Fiorano (photo: Ferrari)