Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

GM ne veut rien savoir de Chery en Amérique du Nord

GM ne veut rien savoir de Chery en Amérique du Nord

Chery sonne trop «Chevy» (Chevrolet), disent les avocats de General Motors Par ,

Chery sonne trop «Chevy» (Chevrolet), disent les avocats de General Motors

La nouvelle société commune de l'entrepreneur Malcolm Bricklin et du groupe chinois Chery Automobile Co. devra composer avec une plainte
Le groupe chinois Chery Automobile Co. devra composer avec une plainte déposée en justice par le plus grand constructeur automobile du monde, GM, qui juge que son nom s'apparente trop à Chevy (Chevrolet). (Photo: Chery Automobile Co.)
déposée en justice par le plus grand constructeur automobile du monde, révèle l'agence Automotive News.

Les avocats de General Motors ont acheminé à la division de vente au détail nord-américaine de Bricklin, Visionary Vehicles LLC, qui doit commencer à vendre des produits Chery en 2007, une lettre avisant la compagnie de ne pas essayer d'obtenir une marque de commerce aux États-Unis pour le nom Chery.

Bricklin ne croit pas que le litige repose sur une question de similarité d'appellations; c'est davantage l'éventuelle compétition que créera Chery dans l'industrie qui pose problème à GM.

«GM nous dit que Chery ressemble trop à Chevy», a raconté Bricklin à Automotive News. «Je ne suis pas de cet avis; ils ne veulent tout simplement pas voir de voitures chinoises en sol américain.»

Bien que l'allégation de Bricklin voulant que GM ait peur de la concurrence chinoise soit peut-être vraie, le géant américain n'aurait jamais pu, en premier lieu, déposer une plainte en justice si le nom Chery ne sonnait pas comme le diminutif de Chevrolet.

Mais il y a un autre enjeu sous-jacent qui alimente cet imbroglio entre GM et Chery, hormis l'hypothèse que le fabricant chinois a tenté d'obtenir un
L'entrepreneur Malcolm Bricklin estime que GM essaie simplement d'empêcher la marque Chery d'être vendue aux États-Unis. (Photo: Chery Automobile Co.)
avantage dans les marchés mondiaux en imitant la désignation emblématique de la marque à la croix dorée.

L'annonce de Bricklin au sujet de l'intention de sa compagnie de vendre 250 000 unités au cours de sa première année en Amérique du Nord a soulevé quelques craintes du côté des constructeurs domestiques. Actuellement confrontée à des pertes de parts de marché aux mains de ses rivales japonaises et sud-coréennes, GM n'a surtout pas besoin d'une adversaire offrant des prix encore plus bas que les siens et qui cible les mêmes consommateurs.

La semaine dernière, Bricklin a mentionné à Automotive News qu'il n'a toujours pas décidé s'il utiliserait le nom Chery aux États-Unis. L'opposition de GM pourrait forcer Visionary Vehicles à changer de nom ou encore à employer une version modifiée, possiblement avec deux «R» comme dans Cherry.

Le groupe sud-coréen GM Daewoo Auto & Technology Co Ltd (GMDAT) poursuit Chery en raison de sa nouvelle sous-compacte QQ, qui ressemble trop à la Chevrolet Spark fabriquée en Chine, au dire de GM. (Photo: GMDAT)
Par contre, Bricklin est sans doute bien conscient que les appellations qui réussissent en Asie ne sont pas toujours appropriées au marché nord-américain. Nissan a choisi avec raison de rebaptiser sa Fairlady sous la désignation «Z», un modèle qui a fait ses débuts chez-nous au début des années 1970 en tant que 240Z, et au tournant du millénaire en tant que 350Z. Subaru, pour donner un autre exemple, se sert du nom Charade pour l'une de ses voitures. Or, selon le dictionnaire Merriam-Webster Online, ce mot réfère à «un acte ou un prétexte vide et/ou trompeur»; pas vraiment le genre d'image qu'une compagnie veut transmettre. Dans un même ordre d'idées, est-ce que l'Isuzu Gemini (Gémeaux) possède une double personnalité? Mazda, de son côté, a évidemment choisi de ne pas offrir une Bongo Brawny ou Bongo Friendee en Amérique du Nord, pas plus qu'une automobile simplement appelée Carol. En résumé, il est impératif d'avoir un nom qui évoque et respecte la réalité de l'endroit où un véhicule est vendu.

Bien entendu, il y a d'autres noms tout aussi étranges qui fonctionnent en Asie mais qui n'auraient aucun sens de ce côté-ci de l'Atlantique. Chery pourrait être un de ceux-là, à moins bien sûr que Bricklin soit capable d'y commercialiser ses voitures à un prix 30 % inférieur à ceux de la compétition, ce qui serait vraiment la «Cherry» sur le sundae.