Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Histoire: Pontiac GTO 1964-1965

Histoire: Pontiac GTO 1964-1965

Considérée comme la toute première «muscle car» de l'histoire, ce n'est pas surprenant que la GTO a dû briser toutes les règles Par ,

Considérée comme la toute première «muscle car» de l'histoire, ce n'est pas surprenant que la GTO a dû briser toutes les règles

L'origine de la GTO, le hot rod construit en usine qui a symbolisé l'ère des «muscle cars», relève en fait du combat d'un homme contre l'establishment corporatif.

Cet homme, John Z. DeLorean, était à l'époque ingénieur en chef de Pontiac. Son souhait était assez simple: créer une berline intermédiaire dotée d'un gros V8 fougueux.

Pontiac GTO 1964 (Photo: General Motors)
Le concept de la GTO s'est donc développé au début de l'année 1963 lorsque DeLorean et son équipe d'ingénieurs ont commencé à faire des expériences avec la Tempest, une Pontiac économique introduite un an plus tôt. Le moteur à quatre cylindres de cette voiture était sec et sujet à des vibrations. Combinant une transmission sous-performante montée à l'arrière (dérivée de la Chevrolet Corvair), le groupe motopropulseur de la Tempest était problématique, c'est le moins qu'on puisse dire.

Pour remédier à ces faiblesses, on a décidé d'installer un puissant V8 dans la petite voiture, étant donné que ce moteur comportait les mêmes fixations que le quatre cylindres de la Tempest.

Un prototype a été concocté en utilisant le V8 de 389 po3 de la berline grand format Bonneville de Pontiac ainsi qu'une boîte manuelle renforcée à quatre vitesses. Résultat de la transplantation: une voiture plus rapide et surtout plus excitante à conduire.

C'est aussi DeLorean qui a baptisé la voiture. Le terme GTO signifiait «Gran Turismo Omologato» (Grand Tourisme Homologuée). La référence à l'homologation, plus particulièrement, voulait dire que cette voiture de course était adéquatement constituée et prête à être approuvée pour l'une des séries de la Fédération internationale de l'automobile (FIA). Compliqué?

Il faut préciser qu'une édition limitée de Ferrari employait déjà le nom GTO. Toutefois, les droits d'auteur ne s'appliquent pas aux initiales, ce qui fait que Pontiac n'a pas eu de misère à adopter cette désignation pour sa nouvelle création. Par surcroît, la crédibilité de la voiture s'en trouvait améliorée.

Pontiac GTO 1964 (Photo: General Motors)
La dernière barrière à franchir, et non la moindre, c'était l'approbation par la haute direction de General Motors. Durant les années 1960, la politique de GM était que tous les modèles devaient afficher un ratio supérieur à 10 livres par pouce-cube de cylindrée. Comme la GTO pesait environ 3500 livres (1590 kilos), son moteur de 389 po3 était trop gros par près de 40 po3.

DeLorean a contourné la règle en proposant de faire de la GTO une version spéciale au lieu d'un modèle à part entière. C'est ce qui a permis de convaincre les bonzes de la compagnie et d'aller de l'avant avec la nouvelle Pontiac.