Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

La fin de la boîte manuelle

La fin de la boîte manuelle

Par ,

Me permettez-vous de faire une montée de lait?

Avertissement : Je suis bien consciente que les acheteurs de véhicules neufs optent en vaste majorité pour une boîte automatique et que les concessionnaires gardent davantage de modèles automatiques dans leur inventaire parce qu'ils savent qu'ils pourront les vendre plus rapidement. Je sais aussi que les boîtes manuelles se retrouvent presque toujours dans des versions d'entrée de gamme, parfois même sur demande spéciale. Elles sont devenues assez rares de nos jours.

Joignez-vous à moi pour observer une minute de silence à la mémoire de la vénérable boîte manuelle tant aimée. Rappelons-nous les beaux (et les moins beaux) moments, le plaisir qu'elle nous a procuré et l'expérience qu'elle nous a permis d'acquérir. Tâchons de nous souvenir de la sensation d'enfoncer la pédale d'embrayage pendant que la main droite glisse le levier de vitesses en première. N'oublions surtout pas le talon-pointe, les rétrogradations et les efforts pour faire correspondre le régime du moteur avec le rapport de la boîte.

Mes amis, la boîte manuelle agonise. Inutile de nier la triste réalité : elle vit présentement ses dernières heures.

Je ne me fie pas aux ventes de véhicules, simplement à mon métier. Mais comment une journaliste automobile comme moi peut-elle dire ça? N'ai-je pas l'habitude d'essayer des bolides manuels?

Ah, si seulement c'était le cas...

En réalité, les journalistes automobiles ne font qu'enfoncer un autre clou dans le cercueil de la boîte manuelle. Je suis sérieuse : 95 % des véhicules de presse en ce moment sont automatiques. Les manufacturiers n'en peuvent tout simplement plus de remplacer des embrayages.

On pourrait croire que les journalistes automobiles maîtrisent tous l'art de la boîte manuelle – en tout cas, plus que la grande majorité des conducteurs. Or, il semble que plusieurs d'entre nous en arrachent... ce qui me dérange vraiment beaucoup.

Message à mes confrères et consœurs: si vous n'êtes pas capable de vous débrouiller avec une boîte manuelle, vous ne devriez pas essayer des voitures, point final. Seriez-vous programmeur si vous ne compreniez pas le langage HTML? J'en doute fort. Chose certaine, personne ne vous prendrait au sérieux. De même, pouvoir changer de rapport manuellement à l'aide d'un levier et d'une pédale d'embrayage est un des grands fondements de la conduite automobile. Si vous en êtes incapable, vous n'êtes pas un vrai conducteur.

Nous, les journalistes automobiles et personnes d'influence que nous sommes, avons la chance de faire découvrir aux consommateurs les bienfaits et les plaisirs de la boîte manuelle. Par conséquent, nous pouvons les encourager à acheter des véhicules manuels. En testant et en faisant l'évaluation de ces modèles, nous pouvons redonner vie à une espèce en voie d'extinction et relancer un mode de conduite qui s'apprête à sombrer dans l'oubli.

Oui, les nouvelles boîtes à double embrayage peuvent enchaîner les rapports plus rapidement que n'importe quel conducteur. D'ailleurs, je ne veux surtout pas dénigrer les merveilles d'ingénierie que sont les boîtes DSG de Volkswagen et PDK de Porsche, par exemple. Toutefois, je pense que les journalistes automobiles doivent revenir à la base ou, si vous voulez, faire un retour aux sources. Au départ, la conduite d'une voiture passe par sa boîte de vitesses. Ce n'est qu'en maîtrisant cette dernière qu'on arrive vraiment à forger une relation étroite avec la machine.

Arrêtons de laisser la boîte automatique faire tout le travail et prenons le contrôle!

Porsche 911 Carrera S 2013 levier de vitesse
Photo: Sébastien D'Amour