Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Malgré son départ de la F1, BMW continuera de former des pilotes

Malgré son départ de la F1, BMW continuera de former des pilotes

Par ,

L’arrêt de son implication en Formule 1 n’altère pas la volonté de BMW de former des jeunes talents, en poursuivant notamment la tenue des championnats Formule BMW Europe et Asie-Pacifique.

« BMW a une philosophie de soutien des jeunes pilotes depuis les années 70, a expliqué Ingo Lehbrink, responsable du Talent Support Program de BMW à Munich, à Auto123.com.

« Nous estimons avoir une certaine responsabilité dans ce domaine. D’ailleurs, de nombreux pilotes de Formule BMW ont gravi les échelons du sport auto, et évoluent dans des disciplines diverses, sans forcément parler de la Formule 1. C’est pourquoi l’abandon de l’implication en F1 n’a pas menacé la tenue des championnats F. BMW Europe et Asie-Pacifique, même si l’on ne peut encore augurer de l’avenir de ces deux séries au-delà de cette saison 2010 ».

Sébastien Buemi en Formule BMW en 2005.

Parmi les pilotes ayant fait leurs armes en Formule BMW, citons Sébastien Vettel, Nico Rosberg, Nico Hülkenberg, Sébastien Buemi (Formule BMW Europe) et Daniel Ricciardo (Formule BMW Asie-Pacifique).

Comme l’an passé, le championnat de Formule BMW Europe se disputera en levée de rideau des Grands Prix européens disputés sur le vieux continent. En 2009, c’est le Brésilien Felipe Nasr qui s’était adjugé le titre.

Cette saison, parmi les prétendants à sa succession, on retrouvera le jeune (16 ans) Carlos Sainz Jr, fils du tout récent vainqueur du rallye Dakar. Le plateau devrait cependant être sensiblement réduit par rapport à l’an passé.

Récemment, deux jeunes Canadiens, Robert Wickens et Daniel Morad, ont brillé dans le championnat nord-américain de Formule BMW. Des Québécois, comme Kevin Lacroix, Maxime Pelletier et Mikaël Grenier, ont aussi couru dans cette série. Mais ce championnat n’existe malheureusement plus désormais : une perte réelle pour les jeunes pilotes québécois, canadiens et américains.

« Le marché de la monoplace aux USA est assez difficile, conclut M. Lehbrink. Un retour de la Formule BMW en Amérique du Nord me semble compromis. En revanche, il sera peut-être possible de retrouver, à terme, des monoplaces de Formule BMW courir là-bas. Cela dépendra de l’emploi que voudront faire les écuries actuelles de leurs anciennes monoplaces. Des solutions sont à l’étude ».





photo:WRI2