Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

NASCAR: Max Papis a lui aussi gagné gros à Montréal

NASCAR: Max Papis a lui aussi gagné gros à Montréal

Par ,

Boris Said a peut-être remporté la victoire à Montréal au NAPA Pièces d’Auto 200 de la série NASCAR le week-end dernier, mais l’Italien Max Papis, émigré depuis plusieurs années aux États-Unis, a lui aussi gagné gros.

« Je crois avoir rajouté un paragraphe intéressant à mon CV, » de dire Papis à Auto123.com.

Papis, âgé de 40 ans, a démontré qu’il était encore extrêmement compétitif et déterminé à réussir.

Pour une fois, Papis est parvenu à se placer sous le feu des projecteurs, car en Coupe Sprint, il n’a pu trouver qu’un volant à temps partiel au sein d’une petite équipe qui possède très peu de moyens.

L'arrivée la plus serrée en circuit routier de la série Nationwide. (Photo: nascar.com)

Papis a pourtant gagné des courses dans toutes les catégories dans lesquelles il a couru, mais en NASCAR, essentiellement disputé des circuits ovales, il a du mal à s’imposer. D’autant qu’il est passé au NASCAR assez tard dans sa carrière.

Pour la saison 2011, Papis a annoncé qu’il disputera la saison en NASCAR Camping World de camions aux commandes d’une camionnette commanditée par Geico de l’écurie Germain Racing.

Le week-end dernier, DeLana et Kevin Harvick l’ont mis au volant d’une excellente voiture, la Chevrolet commanditée par Rheem.

Pour obtenir un bon volant, Papis a cogné à la porte du motor-home de Harvick. Après une conversation de 15 minutes, les deux ont compris qu’ils étaient sur la même longueur d’onde. Papis a rigolé et dit à Harvick qu’il « n’était pas un trou du c… comme les autres le suggéraient ».

Les deux sont arrivés à une entente, et Papis a trouvé un bon volant. L’Italien est passé à l’atelier de l’écurie pas juste pour voir la voiture, mais surtout pour apprendre le nom de tous ses nouveaux coéquipiers. Et pour discuter avec son chef d’équipe, Ernie Cope.

Durant toute la course à Montréal, Papis s’est battu comme un lion et n’a jamais baissé les bras.

« Si quelqu’un doutait de moi… » a-t-il déclaré, faisait référence à sa 3e place décrochée à Montréal en 2007.

DeLana Harvinck a déclaré : « Je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi passionné, déterminé et humble. Je savais qu’il voulait gagner, mais il a prouvé beaucoup de choses ».

L’an prochain, Papis disposera d’un très bon volant dans une équipe solide. Il ne lui reste plus que de décrocher la victoire.