Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Nissan Z 2023 essai routier : un deuxième essai détrempé

Nissan Z 2023 bleu
Photo : V.Aubé
Nissan Z 2023 bleu

Auto123 réalise un essai sur piste de la Nissan Z 2023.

Mont-Tremblant, Québec – La vie fait parfois drôlement les choses. Récemment, mon rédacteur en chef chez Auto123 ma proposé d’aller conduire – ou plutôt (re)conduire – la nouvelle Nissan Z 2023, une voiture que j’ai pu mettre à l’épreuve il y a quelques mois à peine à l’occasion du lancement nord-américain à Las Vegas.

Cette fois, il s’agit d’un lancement régional, un événement qui a lieu « dans ma cour » sur l’un des meilleurs circuits fermés du continent, le Circuit Mont-Tremblant, un endroit que j’affectionne particulièrement pour son histoire certes, mais aussi pour les sensations fortes qu’il me procure chaque fois que j’ai l’occasion d’y mettre les pieds.

Pourtant, ma conclusion après ce premier contact dans la ville du vice avec la nouvelle Z ne s’était pas déroulé comme je l’avais prévu. En effet, la nouvelle livrée, malgré toutes les améliorations apportées à sa structure ou même à son groupe motopropulseur, ne m’a pas convaincu sur ses aptitudes de voiture de piste.

La Z, au fil de sa glorieuse histoire, a sillonné les circuits du monde entier et il est clair que ce sera encore le cas avec cette nouvelle variante, mais en ce qui a trait à cette livrée d’usine, disons que la mollesse de la suspension m’était apparue un peu trop souple pour un usage intensif en circuit fermé.

Voilà où la possibilité de reprendre le volant sur un circuit familier m’apparaissait pertinente. Est-ce que ce deuxième contact en piste avec la seule voiture sport de la marque – la GT-R est dans une classe à part – allait décevoir à nouveau ou plutôt me réconcilier avec le modèle?

Consultez les véhicules à vendre disponibles près de chez vous

Calandre Nissan Z 2023
Photo : V.Aubé
Calandre Nissan Z 2023

Montréal-Mont-Tremblant
C’est par une journée nuageuse que ce deuxième contact a pris son envol. Nissan Canada nous avait confié une belle Z couleur Bleu Seiran, la voiture qui était munie d’une boîte manuelle à six rapports. Rappelons que le constructeur offre aussi une boîte automatique à neuf rapports en option pour ceux et celles qui préfèrent l’option automatisée, mais pour les puristes, il n’y a rien comme manier le levier de vitesses.

Mentionnons également que pour l’occasion, Nissan n’avait que des versions Performance à nous offrir, une bonne chose étant donné le « dessert » qui allait se dérouler au circuit le lendemain.

arrière de Nissan Z 2023
Photo : V.Aubé
arrière de Nissan Z 2023

La version Performance
Celle-ci profite notamment d’un différentiel à glissement limité, d’ailerons aux deux extrémités (celui à l’avant qui garde le museau rivé au sol par rapport à la version Sport), des freins de performance avec étriers rouges, des sièges électriques et chauffants, des pédales en aluminium, une chaîne audio Bose à huit haut-parleurs et une connexion sans fil à Internet, sans oublier les superbes jantes 19 pouces de marque Rays.

À l’image de mon premier contact en sol américain, la Nissan Z 2023 s’est une fois de plus montrée plus attirante tant à l’extérieur qu’à l’intérieur face à sa devancière, la 370Z. Si la silhouette a fait soulever les pouces en l’air lors de nos passages dans les rues de quelques villages des Laurentides – il fallait bien emprunter des routes sinueuses pour se rendre à notre circuit fermé préféré –, l’habitacle peut quant à lui polariser les opinions.

intérieur Nissan Z 2023
Photo : V.Aubé
intérieur Nissan Z 2023

L’intérieur
C’est vrai que les concepteurs ont pensé aux plus « technos » d’entre nous en plaçant deux écrans – un derrière le volant et l’autre, tactile, en plein centre de la planche de bord. Les puristes aimeront les trois jauges montées par-dessus l’écran central.

Mais certains trouveront à redire sur la forme de cette planche justement et même sur le fait que certaines composantes de l’habitacle sont identiques à celles du modèle sortant. On pense notamment aux buses de ventilation circulaires dans les portières, aux poignées et même à quelques boutons - une pratique courante du côté nippon, il faut le rappeler.

On comprend que le géant nippon n’a pas des fonds infinis pour une sportive qui s’adresse à une poignée d’irréductibles et franchement, ce n’est pas une faute grave en ce qui me concerne. Si la voiture réussit à me faire vivre des émotions pendant une virée sur une route secondaire, c’est (principalement) ce qui importe à mon avis.

Je réitère mon souhait de voir Nissan offrir des sièges un peu plus enveloppants, mais ce traitement sera peut-être – je dis bien peut-être – réservé à une potentielle version Nismo qui pourrait se greffer à la gamme du constructeur dans un avenir rapproché.

siège noir de Nissan Z 2023
Photo : V.Aubé
siège noir de Nissan Z 2023

Confort ? Oui, confort !
Un autre point que je me dois de rappeler est ce confort amélioré, la rigidité du châssis, combinée à une suspension révisée, qui est responsable de cette nouvelle aisance sur les routes de l’arrière-pays. Malheureusement, la nouvelle Z ne peut pas faire de miracles sur certaines surfaces usées par le temps. Il y a donc eu quelques instants où nous avons dû ralentir pour mieux absorber les portions plus bosselées.

Une sportive se doit d’être équipée d’une suspension ferme et la Z est une meilleure voiture sur la route, que ce soit par cette agilité retrouvée, sa mécanique plus puissante ou ce confort optimisé. Là où il y a encore un peu de travail à faire, c’est au chapitre de l’insonorisation, la Z qui laisse entrer beaucoup de décibels avec le frottement des pneus sur la chaussée.

La Nissan Z 2023, et des anciennes Z !
Photo : V.Aubé
La Nissan Z 2023, et des anciennes Z !

En piste…
Après cette première portion de notre voyage Z, Nissan Canada nous avait conviés au Circuit Mont-Tremblant pour assister à la grande finale de la Coupe Nissan Sentra, une course qui a couronné la toute première pilote féminine à décrocher un titre toutes catégories dans l’histoire des séries canadiennes de courses en circuit. Valérie Limoges, la pilote la plus expérimentée de la série, a en effet fait vibrer les nombreux spectateurs qui s’étaient réunis aux abords du circuit des Hautes-Laurentides. Un beau moment pour la pilote, sa famille et le sport automobile en général.

D’ailleurs, c’est elle qui a hérité de la tâche de nous guider sur le tracé du Circuit Mont-Tremblant, la principale intéressée qui détient les qualifications nécessaires en tant qu’instructrice de pilotage.

Le lendemain, en revanche, Dame nature a décidé qu’elle se mêlait de la partie avec de la pluie, de la pluie et encore de la pluie. Et puisque la veille, le circuit avait accueilli plusieurs catégories de bolides, le tracé était gommé de caoutchouc et quand l’eau se mélange à cette surface caoutchoutée, l’adhérence est presque nulle. Et c’est dans ces conditions que j’ai attaqué le demi-circuit de Mont-Tremblant au volant des deux versions de la Z.

Jante  Nissan Z 2023
Photo : V.Aubé
Jante Nissan Z 2023

Un triste constat
L’ennui, c’est que je n’ai pas pu pousser très fort dans les virages, car le train arrière cherchait constamment à passer devant, les pneus de la voiture qui ne collaient tout simplement pas au bitume. Je n’ai donc pas vraiment pu découvrir à quel point la suspension réagissait sur ce circuit familier. C’est très dommage, car je pense que la formule que propose Nissan est assez unique dans l’industrie.

Un coupé sport doté d’un V6 biturbo de 400 chevaux pouvant être livré avec une boîte de vitesses manuelle ou automatique, ce n’est pas très fréquent sur le marché nord-américain. C’est vrai que la Toyota GR Supra s’approche drôlement de l’approche de Nissan, mais il s’agit d’une mécanique 6-en-ligne.

Malgré le fait que je n’ai vraiment pas pu pousser plus fort dans les lignes droites ou les virages, je persiste à croire qu’il manque des composantes de suspension plus sérieuses pour que la Z devienne une bonne machine destinée à un usage sur circuit.

Ce n’est que partie remise pour cet aspect très précis de la voiture, mais en attendant, vous toujours vous rabattre sur l’une ou l’autre des trois versions (Sport, Performance ou Proto) de la septième Z de l’histoire, une voiture qui performe plutôt bien sur la route. La Z a peut-être un héritage riche en course automobile, mais c’est sur la route que les amateurs peuvent l’apprécier.

Devant de la Nissan Z 2023 bleu
Photo : V.Aubé
Devant de la Nissan Z 2023 bleu

On aime

La silhouette très réussie
Le confort général
La simplicité de la voiture

On aime moins

Le confort des sièges (ils pourraient être plus enveloppants)
La précision de la boîte manuelle
Pas de version Nismo encore (viendra-t-elle?)

La concurrence principale

Chevrolet Camaro
Ford Mustang
Mazda MX-5 RF
Porsche 718 Cayman
Subaru BRZ
Toyota GR 86
Toyota GR Supra

Logo nissan z 2023
Photo : V.Aubé
Logo nissan z 2023