Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Novozymes applaudit le gouvernement américain pour son appui de l'augmentation de la production d'éthanol

Novozymes applaudit le gouvernement américain pour son appui de l'augmentation de la production d'éthanol

Par ,

Tel que rapporté par Novozymes

Le gouvernement Obama et la Environmental Protection Agency (EPA) ont annoncé le 3 février dernier les révisions finales apportées au National Renewal Fuel Standard (RFS ou la norme sur les carburants renouvelables) pour 2010 et après. L’annonce confirme l’important rôle que jouent les biocarburants dans la création de nouveaux emplois, la progression de l’économie, la diversification des besoins énergétiques et la réduction des gaz à effet de serre.


Grâce aux gestes énumérés par le Biofuels Interagency Working Group du président, les États-Unis seront en mesure de respecter l’objectif fixé par la RFS, soit la production de 36 milliards de gallons de biocarburant d’ici 2022, desquels 21 millions de gallons seront des biocarburants sophistiqués.

Selon Steen Riigaard, directeur de Novozymes, un chef de file mondial en bioinnovation, « le nouvel engagement du président Obama aidera considérablement à faire progresser la production de biocarburants aux États-Unis tout en créant des milliers de nouveaux emplois verts ».

Novozymes est à l’avant-garde des technologies clés qui permettent la production des biocarburants animant les véhicules aujourd’hui, ainsi que des biocarburants sophistiqués actuellement commercialisés. Novozymes a récemment annoncé la construction d’une usine au Nebraska afin de répondre à la demande croissante du marché des biocarburants.

« La nouvelle norme RFS2 est un cadre solide, et en passant au carburant E15 ainsi qu’en augmentant l’accessibilité de l’E85, l’industrie des biocarburants est en mesure de créer plus d’emplois durables et bien payants qui transformeront la façon dont les États-Unis et le monde entier utilisent et consomment les carburants. Et ce, tout en diminuant la dépendance des États-Unis sur le pétrole étranger », poursuit M. Riisgaard.

Novozymes reconnaît que l’Energy Bill de 2007 exige une étude du cycle de vie à la fois des émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre de tout carburant, y compris les biocarburants et les émissions indirectes résultant du changement d’affectation des terres.

« Nous félicitions l’EPA pour son travail considérable dans ce dossier épineux. Aussi est-il important de reconnaître que les modèles de changement d’affectation des terres sont à leurs premiers balbutiements et que la communauté scientifique n’a pas encore établi de consensus. Le gouvernement américain doit agir de façon réfléchie et délibérée et continuer à étudier cette question », conclut M. Riisgaard.



photo:Novozymes