Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Photos-radars : Souriez, vous êtes filmés

Photos-radars : Souriez, vous êtes filmés

Par ,

C'est à compter du 19 mai prochain que les automobilistes québécois devront porter une attention particulière à leur vitesse sur certaines portions d'autoroute, puisque c'est à cette date que feront leur apparition sur les routes les photos-radar et caméras aux feux rouges.

Dans les faits, seuls 15 appareils fixes ou mobiles seront installés dans trois régions du Québec, choisis spécifiquement en fonction des dangers d'accident qu'ils représentent, et parce qu'ils sont situés à des endroits difficiles d'accès pour les policiers.

Les trois types d'appareil seront installés dans la région de Montréal, la fois sur les autoroutes et sur certaines portions plus urbaines. La Montérégie et la région de Chaudières-Appalaches, non loin de Québec, sont aussi du nombre des endroits ciblés.

« Nous reprenons une technologie éprouvée, et installée ailleurs. En France par exemple, le bilan routier s'est amélioré de 75% depuis l'installation des photos radars. Nous sommes confiants que cela aura le même effet chez nous. Et nous voulons êtres clairs, ces appareils ne sont pas là pour piéger les automobilistes, mais seulement pour les inciter à acquérir de meilleures habitudes de conduite», a souligné la ministre des Transports, Madame Julie Boulet.


Projet pilote
Rien n'est encore formellement confirmé quant à l'implantation massive de ce type d'appareils, et le projet annoncé ce matin n'est que le premier balbutiement. D'ailleurs sa mise en place sera elle aussi progressive puisque durant les trois premiers mois, les automobilistes pris en faute ne recevront que des avertissements.

Par la suite, une période de 18 mois permettra d'évaluer l'impact réel des photos radars, alors que cette fois de véritables contraventions seront remises. Les fonds amassés par cette campagne seront d'ailleurs versés dans un fonds sur la sécurité routière, dont l'usage, encore indéterminé, sera annoncé plus tard suite aux recommandations de la Table de la sécurité routière du Québec.

Pour s'assurer que tous les usagers de la route connaîtront l'existence du projet, les sites d'implantation seront annoncés sur le site du Gouvernement du Québec, et une signalisation spécifique sera apposée aux endroits choisis.

Des détails techniques ont aussi été révélés. Ainsi, ce sera aux employeurs ou aux locateurs de voiture d'identifier le conducteur lorsque la contravention sera émise, Celle-ci sera accompagnée d'une photo identifiant clairement la plaque d'immatriculation du véhicule, le lieu et l'heure de l'infraction, mais rendant flou l'habitacle de façon à ne pas identifier le nombre de passagers dans le véhicule, au nom du respect de la vie privée.

« Plusieurs provinces canadiennes, et plus de 70 administrations publiques dans le monde, ont choisi cette technologie pour améliorer leur bilan routier. Nous pensons qu'il est important de faire de même au Québec », a terminé la ministre Boulet.
photo:Transport Québec