Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Pirelli passe aux mains du chinois ChemChina

Pirelli passe aux mains du chinois ChemChina

Par ,

PUBLIREPORTAGE - Le groupe China National Chemical (ChemChina) a annoncé le rachat du géant Pirelli pour 7,1 milliards d’euros, l’un des glorieux de l’industrie italienne passant ainsi dans des mains chinoises.

Tout commence il y a deux ans avec un coup de fil de Ren Jianxin, le puissant numéro un de ChemChina, entreprise comptant 140 000 salariés, 36 milliards d’euros de chiffres d’affaires et une implantation dans 140 pays. Celui-ci demande à rencontrer Marco Tronchetti-Provera, grand patron de Pirelli, entreprise plus que centenaire, comptant 30 000 employés, 20 établissements et 6 millions de pièces produites par an. La négociation se fait difficile durant ces deux dernières années, car certains partenaires de Pirelli ne veulent pas entendre parler d’un Chinois à la tête du principal producteur italien de pneumatiques. Coup de chance pour les Chinois puisqu’en effectuant cette transaction à ce moment-ci seulement, ils bénéficient de la baisse de l’euro au moment où l’Europe sort du krach économique.

Même si le siège devrait rester en Italie, cette transaction permettra à ChemChina de mettre la main sur un fabricant de pneumatiques haut de gamme, ce qui lui apportera d’éventuelles marges confortables tout en aidant la Chine à développer sa propre industrie automobile. Quant à Pirelli, elle aura dorénavant un accès privilégié au marché chinois et sera désormais en mesure de concurrencer avec des groupes comme Michelin et Continental qui cherchent à se développer en Asie. Son rachat lui garantit également développement et stabilité ainsi qu’une possibilité de doubler sa production annuelle, soit de 6 à 12 millions de pneus. Le succès de cette opération, qui semble rentable pour les deux entreprises, permettrait aux deux partenaires de continuer à renforcer un leader mondial dans l’industrie du pneu et ferait de cette transaction une des plus grosses de ce type entre l’Italie et la Chine.

Les nouveaux propriétaires chinois choisiront éventuellement un nouveau président. Marco Tronchettie-Provera, qui ne restera donc que vice-président, sans tâche exécutive dans le nouveau Pirelli, confie qu’il voit en Ren Jianxin les qualités des condottieri italiens, soit agressivité, inventivité, intuition et capacité d’adaptation, ce qui permettra à Pirelli d’atteindre son plein potentiel entre ces nouvelles mains. Cette passation de Pirelli des mains italiennes aux mains chinoises semble donc être bénéfique, tout autant pour l’un que pour l’autre des deux géants de l’industrie. 

Source : Pneus à Rabais.com