Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Qu'est-ce qu'on fait avec votre vieille batterie ?

Qu'est-ce qu'on fait avec votre vieille batterie ?

Par ,

Vous roulez avec votre véhicule depuis cinq ans. Par un beau matin d'hiver à -20 oC, il refuse de démarrer. Vous demandez à votre garagiste
de faire un survoltage question de pouvoir vous rendre au garage. Après avoir vérifié, votre garagiste vous dit que votre batterie vient de rendre l'âme. Évidemment, vous lui demandez d'en poser une neuve. Puis, tout à coup, vous avez un réflexe environnemental. Vous vous demandez ce qu'il adviendra de votre vieille batterie.

En général, les entreprises qui font du recyclage de batteries, comme East Penn, réutilise les produits dans la construction de nouvelles batteries dans une proportion qui frôle les 100 %. Le plastique, l'acide sulfurique, les plaques de plomb, tout est réutilisé. Jetons un petit coup d'oeil, si vous le voulez bien, aux divers cycles de recyclage d'une batterie d'automobile et voyons comment certaines entreprises s'y prennent pour donner une nouvelle vie à une vieille batterie.

La cueillette et le débitage des batteries
Quand le garagiste a retiré la batterie de votre véhicule, il l'a remisée dans un coin avec un certain nombre d'autres batteries bonnes pour la casse. Quand le distributeur livre les batteries neuves au garagiste, il en
Photo: Nova Pb
profite pour faire la cueillette des batteries mortes et usées. Le fabricant de batteries répète exactement le même processus et fait la cueillette auprès du distributeur au moment de livrer des batteries neuves. Ces batteries usées prennent le chemin de l'usine de recyclage du fabricant qui les entrepose dans des contenants sûrs avant de commencer le processus de recyclage. Quand on en a amassées suffisamment, on les brise et l'on sépare les trois éléments principaux qui entrent dans le recyclage : le plastique du boîtier, le plomb des plaques et l'acide sulfurique de l'électrolyte. À titre d'information, notez qu'East Penn recueille, à son usine de Lyon Station, en Pennsylvanie, l'équivalent de 20 camions semi-remorques de batteries à recycler par jour; de même, Nova Pb recycle 90 000 tonnes métriques de plomb par année à son usine de Ville Sainte-Catherine, en banlieue de Montréal sur la rive sud du Saint-Laurent.

La fonte du plomb et du plastique
Pourquoi recycler le plomb ? En raison des effets néfastes que ce métal a sur les personnes et sur l'environnement et également en raison de son prix (entre 400 et 1 450 $ la tonne au cours des dix dernières années). Le
processus de recyclage du plomb des batteries d'automobiles comporte plusieurs étapes. Le plomb prend le chemin du four de fusion dans lequel on le fond et on le raffine avant de l'utiliser dans la fabrication de nouvelles plaques de batterie, de batteries de toutes sortes ou d'autres accessoires. Le procédé de fusion du plomb se fait en circuit fermé en combinaison avec d'autres produits; il est complètement automatisé et contrôlé par ordinateur. Au cours de cette opération de fusion du plomb, il s'échappe de minuscules particules de plomb qui sont réintroduites dans le four pour être fondues. Il se forme également des fumées de soufre. Ces fumées, produites par la fusion du soufre, sont récupérées et utilisées dans la fabrication d'un fertilisant liquide qu'on expédie à des fabricants de fertilisants. Il en est de même du plastique du boîtier des batteries. On le nettoie pour ensuite l'extruder et le fondre pour en faire de nouveaux boîtiers de batterie ou d'autres accessoires.

L'acide sulfurique
Pour éviter des déversements inopportuns d'acide sulfurique dans l'environnement, on le récupère et on le réutilise dans la fabrication de nouvelles batteries. Chaque année, ce sont des millions de gallons d'acide sulfurique qu'on réutilise pour ne pas polluer l'environnement.