Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Robert Stempel, ancien chef de la direction de GM, meurt à 77 ans

Robert Stempel, ancien chef de la direction de GM, meurt à 77 ans

Un ingénieur visionnaire à une époque tumultueuse Par ,

Photo: General Motors
Considéré par ses pairs comme étant un ingénieur visionnaire, Robert Stempel, ancien chef de la direction de General Motors, est décédé samedi en Floride. Il avait 77 ans.

Stempel a aidé le géant de Détroit à traverser l'une des périodes les plus difficiles de son histoire, au début des années 1990. Bien qu'il n'ait occupé les postes de président du conseil et de chef de la direction que pendant deux ans (1990-1992), ses débuts chez GM remontent aux années 1950, en tant qu'ingénieur pour la marque Oldsmobile. Lentement mais sûrement, il a gravi les échelons corporatifs.

Les collègues de Stempel se rappelleront son dévouement envers la compagnie et l'industrie. C'est d'ailleurs grâce à lui qu'est née l'une des plus grandes innovations environnementales dans l'automobile : le convertisseur catalytique. Fort de ses connaissances en matière de batteries, Stempel a aussi encouragé le développement de la voiture électrique EV1. Après son départ de GM en 1992, il est demeuré dans ce secteur d'activité, travaillant pour la firme Energy Conversion Devices Inc. spécialisée dans les batteries au nickel-métal hydrure et les panneaux solaires.

Son règne à la barre du constructeur est survenu à une époque où l'Amérique vivait des temps difficiles. Saddam Hussein avait envahi le Koweït, déclenchant la Guerre du Golfe Persique et entraînant les États-Unis dans une récession économique. Et en période de récession, les consommateurs achètent très peu de véhicules neufs. GM a beaucoup souffert.

Au cours de sa première année à titre de président du conseil et de chef de la direction, la compagnie a perdu 4,45 milliards $US. Stempel a dû fermer des dizaines d'usines et supprimer des milliers d'emplois. C'est lui qui a négocié avec le syndicat américain des travailleurs de l'automobile (UAW) pour que les employés licenciés reçoivent 95 % de leur salaire – une décision qui est revenue hanter GM quelques années plus tard.

Malgré tout, Robert Stempel a réussi à influencer profondément la compagnie et son décès plonge toute l'industrie dans le deuil.