Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Saab en faillite

Saab en faillite

Retour sur une histoire qui aura fait couler beaucoup d'encre en 2011 Par ,

Mesdames et messieurs, nous pouvons maintenant affirmer avec certitude que le fabricant automobile suédois Saab est mort. Cette fois, aucun spectaculaire et inattendu revirement de situation ne pourra sauver l'entreprise in extremis.


Le constructeur a annoncé par voie de communiqué de presse qu'il avait déclaré faillite, se voyant dans l'incapacité de rembourser ses créanciers.

La société chinoise Youngman, présumée sauveuse de Saab, a informé le manufacturier suédois que l'envoi des fonds requis pour assurer sa survie ne sera pas possible, clouant ainsi son cercueil pour de bon.

Repose en paix Saab, et merci pour tout!


Chronologie : la chute de Saab, de mars 2011 à aujourd'hui

Mars
- Saab participe au Salon de l'Auto de Genève et y dévoile le concept PhoeniX. Le futur de l'entreprise semble prometteur, même si elle éprouve quelques difficultés financières et propose des produits peu populaires auprès des consommateurs.

Avril
- L'usine de Trollhattan (Suède) stoppe ses activités, les fournisseurs impayés choisissant de ne plus effectuer de livraisons jusqu'à ce qu'ils soient dédommagés. Malgré quelques reprises de production en juin et juillet, la manufacture ne rependra jamais du service.

Juin
- Youngman et Pang Da injectent 351 millions dans Saab et obtiennent en retour 53,9% des actions de Saab.
- Les employés ne reçoivent plus leurs salaires
- Spyker, propriétaire de Saab qui s'est départi de sa division de voitures sport en février, change de nom et devient Sweedish Automobile.

Août
- Des mesures de recouvrement sont enclenchées contre Saab, qui n'a pu payer à temps quelque 620 000 $ de dettes à ses fournisseurs selon les modalités prévues par la loi.

Septembre
- Saab fait une demande de réorganisation volontaire qui se voit rejetée par le gouvernement suédois, puis acceptée en cours d'appel.
- Les syndicats menacent de placer le constructeur en faillite, mais changent d'idée lorsque le processus de réorganisation est officiellement enclenché.

Octobre
Youngman et Pang Da soumettent une offre d'achat à Saab. Cette dernière est jugée inacceptable par le grand patron Victor Muller, qui choisit d'annuler l'entente conclue en juin. Muller change son fusil d'épaule à la fin du mois et entérine la prise de contrôle des sociétés chinoises.

Novembre
GM bloque la transaction faisant passer le constructeur sous le contrôle de Pang Da et de Yougman. L'ancien propriétaire du fabricant suédois fait appel à son droit de véto pour éviter que ses technologies, toujours utilisées par Saab, se retrouvent dans les mains d'une entreprise avec laquelle elle n'entretient aucune relation.

Décembre
L'administrateur nommé par le gouvernement responsable de la réorganisation quitte son poste et Saab déclare faillite, malgré tous ses efforts pour garder la tête hors de l'eau.