Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

TEST DE COMPRESSION

Par ,

Lors de l'achat d'un véhicule usagé, on veut surtout connaître l'état du moteur, surtout si celui-ci a plus de 100 000 km. La compression d'un moteur est sa capacité à contenir l'explosion à l'intérieur des cylindres afin de faire tourner le moteur. Une perte de compression dans un ou plusieurs cylindres, provoquera un ralenti irrégulier, une perte de puissance, une augmentation de la consommation d'essence et des émissions polluantes. Ces pertes seront généralement causées par l'usure ou le bris de certaines pièces : segments de pistons, soupapes, joint de culasse ou des fissures.

Un test de compression peut révéler beaucoup sur la condition interne d'un moteur, mais seulement si la bonne procédure est respectée. Plusieurs personnes font l'erreur de faire ce test avec de la vieille huile diluée lorsque le moteur est froid ou le papillon des gaz fermé.

Comment interpréter les résultats ?

Lorsque vous faites effectuer un test de compression avant l'achat d'un véhicule usagé il peut être intéressant de savoir interpréter les résultats. Tout d'abord, le test s'effectue à l'aide d'un compressiomètre, c'est un manomètre qui mesure la pression développée par chaque cylindre individuellement. Si vous possédez une voiture quatre cylindres, il y aura quatre résultats. Par exemple, vous obtiendrez les résultats suivants:

  • Cylindre no 1 : 175 psi
  • Cylindre no 2 : 170 psi
  • Cylindre no 3 : 175 psi
  • Cylindre no 4 : 160 psi

L'unité de mesure de la pression s'écrit « psi » (pound per square inch) ou livre par pouce carré; en métrique on mesure en kilopascal (kPa). De façon générale, les constructeurs ne donnent pas de spécifications précises sur les valeurs de compression, mais ils donnent la règle suivante : un minimum de 100 psi par cylindre et une variation maximale de 25 % entre chaque cylindre. Donc, si on frôle les 100 psi pour un cylindre, cela est inquiétant. La plupart des moteurs neufs ou en bonne condition obtiennent des valeurs aux alentours de 175 psi. Reprenons notre exemple et analysons le cylindre no4. 160 psi est un bon résultat, mais comparons sa variation avec le cylindre qui obtient le plus haut résultat : 175 psi.

Avec une petite règle de trois :
175 psi = 100 %
160 psi = ?
(160 x 100) / 175 = 91,4 % pour le cylindre no 4.

Donc 100 % – 91,4 % = 8,6 % ce qui est bien en dessous de 25 % donc un bon résultat. On en déduit que ce moteur est en bonne condition.

Si un cylindre est faible.

Si le cylindre no 4 avait eu 120 psi, la variation serait de 31,4 %, donc une usure anormale de ce cylindre. Lorsqu'un cylindre a une faible compression, il est possible de déterminer la provenance de la fuite en effectuant un « test humide ». On répète le test pour ce cylindre en ajoutant cette fois une faible quantité d'huile moteur (une cuillère à thé) dans le cylindre dans le but d'augmenter temporairement l'étanchéité du cylindre. Si la pression augmente dans ce cylindre de 5 % ou plus lorsque vous répétez le test de compression, l'usure des segments est en cause. Si la compression demeure la même, alors la fuite de compression est probablement au niveau des soupapes. Le « test humide » ne fonctionnera pas sur les moteurs plats de Volkswagen, Porsche et Subaru. Aussi, une faible compression de deux cylindres adjacents, indique un joint de culasse brisé. Dans tous les cas, il faudra « ouvrir » le moteur. La pire des situations est la reconstruction complète du moteur.

Bien effectuer le test

Pour obtenir de bons résultats, le moteur doit être à sa température normale d'opération ou jusqu'à ce que le ventilateur du radiateur se mette en marche.

Désactivez l'allumage et l'alimentation en essence afin d'éviter tout risque d'explosion. Déposez toutes les bougies du moteur. Gardez le papillon des gaz ouvert au maximum durant toute l'opération. Adaptez le compressiomètre au trou de bougie. Actionnez le démarreur jusqu'à ce que l'aiguille du manomètre indique une lecture maximum. Quatre à cinq courses de compression suffisent. Notez les résultats. 

En plus de la compression, il faut aussi s'assurer que le moteur ne produise pas des bruits insolites, qu'il n'y ait pas de fuite d'huile et qu'il ne fume pas de l'échappement.  Si vous faites ce test vous-même, prenez bien soin de respecter les recommandations du manuel de réparation du constructeur.