Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota produira 30 % moins de véhicules en Amérique du Nord d’ici octobre

Des protections d’assurance auto
de qualité, à prix avantageux. Obtenez une soumission en ligne dès maintenant.
OBTENEZ UNE
SOUMISSION AUTO

Alors que la production de véhicules reprend chez quantité de constructeurs ce mois-ci, on commence tranquillement à voir un portrait de la situation se dessiner en ce qui a trait au rythme de travail prévu au cours des prochaines semaines et des prochains mois.

Chez Toyota, une source anonyme bien au fait de la situation a confié au groupe Reuters que la compagnie prévoyait réduire sa production nord-américaine de 29 % en raison de la crise du coronavirus. En fait, on s’attend à ce qu’un certain temps soit nécessaire avant qu’on retrouve le rythme de travail d’hier. Cependant, la courbe de reprise des activités sera graduelle, si bien que la baisse annoncée de 30 % doit être nuancée.

Concrètement, Toyota va construire quelque 800 000 véhicules dans ses usines nord-américaines d’ici la fin du mois d’octobre (avril à octobre, en fait).

C’est 29 % de moins que ce que Toyota a produit au cours de la même période en 2019 et 32 % de moins que ses prévisions de janvier pour ces mêmes sept mois.

Auto123 lance Shopicar ! Tous les modèles de l’année et toutes les promotions en cours.

Toyota Prius Prime 2020
Photo : D.Boshouwers
Toyota Prius Prime 2020

Cette baisse n’est pas unique à Toyota. On va la retrouver un peu partout à travers l’industrie. Outre la faiblesse de la demande, des problèmes d’approvisionnement et les mesures de distanciation sociale désormais exigées dans les usines devraient également affecter la production.

On s’attend à une reprise lente et graduelle un peu partout, mais il est bien difficile de prévoir si d’autres soubresauts surviendront. Qu’en sera-t-il si de nouvelles mesures de confinement sont exigées à la rentrée d’automne ? En même temps, il est possible que la demande croisse rapidement, certains préférant peut-être s’acheter une voiture plutôt que d’emprunter les transports en commun, question de réduire les risques. En revanche, la hausse de popularité du télétravail pourrait avoir l’effet inverse sur la demande.

Bref, notre boule de cristal ne nous montre rien de clair et net.

Là où ce qui est rapporté par la source anonyme devient intéressant, c’est de voir la croissance prévue de la reprise des activités. Ainsi, en mai, la production serait à 10 % des niveaux de l’année dernière. Ce n’est qu’en juillet qu’on retrouvait un rythme normal. Par la suite, on ferait passer la machine à une vitesse supérieure à celle de 2019.

Une baisse de production prévue jusqu’à la fin d’octobre, oui, mais ça risque de rouler à fond de train cet automne.

Et, bien sûr, tout va dépendre de la demande et du rythme de vie que voudra bien autoriser le virus.

À suivre…