Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Le port du masque a-t-il sauvé l’industrie automobile ?

Des protections d’assurance auto
de qualité, à prix avantageux. Obtenez une soumission en ligne dès maintenant.
OBTENEZ UNE
SOUMISSION AUTO

Lorsque le coronavirus a frappé en mars, les constructeurs ont fermé leurs usines et mis un terme à leur production un peu partout dans le monde. Si on regarde près de chez nous, en Amérique du Nord, tout a été mis à l’arrêt.

Ça ne pouvait durer. Conséquemment, en mai, la machine est repartie, mais pas avant l’instauration de protocoles sévères en matière de sécurité, dont le port du masque en milieu de travail.

Près de cinq mois plus tard, les trois constructeurs américains voient leurs usines fonctionner pratiquement à plein régime. Surtout, depuis la relance, aucun n’a été aux prises avec une éclosion majeure de COVID-19 à l’intérieur de ses murs.

Le site Reuters a publié un dossier intéressant qui fait le tour de la question aux États-Unis. Voici un résumé de ce dernier.

Voici Shopicar ! Tous les modèles de l’année et toutes les promotions en cours.

Des ouvriers arrivent pour travailler dans l'usine FCA de Warren, au Michigan
Photo : FCA
Des ouvriers arrivent pour travailler dans l'usine FCA de Warren, au Michigan

La situation

« Nous avons des personnes dont le test est positif, mais cela n’affecte pas les opérations », a déclaré Gary Johnson, le chef de la production mondiale de Ford.

La lutte contre la pandémie a poussé les constructeurs et les quelque 156 000 employés des usines américaines représentées par l’UAW (United Auto Workers) à concevoir de nouvelles routines de travail inhabituelles et à développer des niveaux de coopération extraordinaires entre rivaux, des pratiques qui devront être maintenues pendant les mois à venir.

Pour les constructeurs, la réponse au coronavirus les a forcés à de nouvelles habitudes qui s’appuient sur les nouvelles technologies. Par exemple, les travailleurs signalent à des applications leurs symptômes, ou leur absence de symptômes, et voient leur température être prise avant de se rendre à leur poste de travail.

Les dirigeants des entreprises et des syndicats ont déclaré que les masques, ainsi que la distanciation sociale, sont la clé pour maintenir les chaînes de montage en marche.

« Le masque est la base » de la protection des travailleurs sur le lieu de travail, a pour sa part opiné Gerald Johnson, le directeur de la fabrication mondiale de GM.

Les travailleurs sont habitués à porter des équipements de protection tels que des lunettes et des gants. Cependant, les masques qui couvrent la bouche et le nez ne font pas partie de l’équipement standard. Il a été difficile de convaincre tout le monde au début.

Des ouvriers dans une usine Ford
Photo : Ford
Des ouvriers dans une usine Ford

Des plaintes ?

« La plus grande plainte est le port d’un masque, a déclaré au site Reuters Rory Gamble, le président de l’UAW. Plusieurs de nos membres effectuent des tâches physiques. Le port du masque inhibe la respiration ».

En outre, les masques et la distanciation sociale rendent les échanges plus difficiles entre travailleurs, y compris les rencontres pendant les pauses. « Ça allonge les journées », a-t-il ajouté.

Les masques rendent aussi plus difficile la reconnaissance des expressions des autres, ce qui est souvent crucial dans l’environnement bruyant d’une usine automobile. Chez GM, les employés portent le message : « Je souris derrière mon masque. »

De plus, le caractère politique du symbole véhiculé par le port des masques force les responsables des entreprises et des syndicats à faire passer leurs messages sur l’importance de garder les masques en permanence.

« Il y a eu beaucoup de messages contradictoires venant de Washington et ça nous a donné des brûlures d’estomac », a déclaré Rory Gamble. Les constructeurs et le syndicat ont accepté de suivre les directives des organismes de santé publique. Les trois entreprises ont également adapté les mesures prises dans leurs usines en Chine. Ces dernières ont été les premières touchées par la pandémie.

Une Chevrolet Tahoe dans l'usine GM d'Arlington, en Virginie
Une Chevrolet Tahoe dans l'usine GM d'Arlington, en Virginie

À l’usine Factory Zero de GM à Detroit, Scott Harwick, un ouvrier qualifié de l’UAW, a déclaré que le débat qui a lieu à l’extérieur sur le port du masque n’a pas cours à l’intérieur de l’usine. « Il arrive qu’un collègue de travail laisse tomber son masque parce qu’il a chaud. On n’a rien à dire ; on tape simplement sur notre masque pour le lui rappeler. »

Normalement, les constructeurs américains sont en guerre les uns contre les autres. La pandémie a changé quelques pratiques. Par exemple un comité composé de représentants des trois firmes, ainsi que du syndicat, se réunit aux deux semaines pour partager des informations et coordonner les politiques de sécurité.

Le redémarrage a tout de même rencontré des obstacles, ont déclaré les dirigeants et les responsables de l’UAW, certains travailleurs ayant déposé des plaintes. Ford et Fiat Chrysler ont déclaré que ces dernières ont été résolues. GM a ajouté que quatre des six plaintes déposées auprès de l’OSHA (Occupational Safety and Health Administration) ont été réglées. L’organisme n’a même pas daigné visiter les installations de GM pour faire enquête.

« Nous sommes confiants dans notre approche pour la sécurité liée à la Covid-19. Elle s’est avérée efficace pour prévenir la transmission sur le lieu de travail dans nos installations »,

- Dan Flores, porte-parole de GM

Un ouvrier dans l'usine FCA de Warren, au Michigan
Photo : FCA
Un ouvrier dans l'usine FCA de Warren, au Michigan

Le quotidien

Les constructeurs de Detroit testent les travailleurs qui présentent des symptômes, mais n’ont pas adopté de tests généralisés pour leurs 156 000 travailleurs d’usine.

Les trois entreprises ont rencontré des travailleurs qui ont été déclarés positifs pour une exposition au Covid-19, et au début, il y a eu de brefs arrêts pour nettoyer les usines.

Les taux d’absentéisme sont toujours plus élevés que la normale dans certaines usines en raison des inquiétudes liées à l’infection et des problèmes de garde d’enfants. Les dirigeants de l’UAW ont accordé aux entreprises une plus grande flexibilité pour utiliser des travailleurs temporaires. Les constructeurs ont commencé à aider les travailleurs à obtenir ou à payer des services de garde d’enfants.

L’usine de camions du Kentucky et l’usine d’assemblage de Louisville de Ford utilisent environ 2000 travailleurs temporaires, a déclaré Todd Dunn, président de la section locale 862 de l’UAW. Cette dernière représente environ 16 000 travailleurs horaires dans les usines.

En somme, lorsqu’on prend un peu de recul, on doit avouer que les mesures prises par les fabricants ont été efficaces, car depuis cinq mois, on n’a pas été aux prises avec des éclosions majeures qui auraient entraîné des fermetures.

Des fermetures et des mises à pied. Les travailleurs ont de toute évidence compris que le port du masque ne protégeait pas seulement leur santé, mais aussi leur emploi.

Un ouvrier montre les données sur l'application de son téléphone, dans l'usine FCA de Windsor
Photo : FCA
Un ouvrier montre les données sur l'application de son téléphone, dans l'usine FCA de Windsor
Des ouvriers en pause dans l'usine FCA de Warren, au Michigan
Photo : FCA
Des ouvriers en pause dans l'usine FCA de Warren, au Michigan