Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Un nouveau béton miraculeux pour les ponts et les routes?

Un nouveau béton miraculeux pour les ponts et les routes?

Par ,

Michelle Pelletier, candidate à la maîtrise de l’Université du Rhode Island, a mis au point un béton auto-réparant qui pourrait s’avérer une solution économique et efficace, pour non seulement rendre le réseau routier plus sécuritaire, mais aussi réduire la pollution.

Lorsqu’on incruste un agent «guérisseur» à base de silicate de sodium — sous forme de microcapsules — dans le mélange de béton, le stress causé par les fissures finit par briser ces capsules et relâcher l’agent guérisseur.

Des tests ont démontré que le mélange guérisseur développé par Michelle Pelletier récupère 26 % de sa résistance initiale après avoir frôlé le point de rupture. Le béton régulier ne récupère que 10 % de sa résistance.

Photo: Thinkstock

Ces chiffres peuvent paraître anodins, mais il est permis de croire que les ponts et les routes deviendraient plus sécuritaires parce que les fissures se répareraient mieux, prévenant ainsi des effondrements et autres dommages qui pourraient mettre la vie des automobilistes en danger. Les tests ont été effectués avec seulement 2 % d’agent guérisseur; une plus grande proportion pourrait rehausser encore davantage la résistance du béton.

Pelletier pousse plus loin ses analyses en vue de découvrir si le silicate de sodium préviendrait la corrosion, ce qui serait aussi bénéfique. Habituellement, des barres de renfort en acier sont utilisées lors de la construction des structures en béton; en réduisant leur potentiel de corrosion, lesdites structures deviendraient plus robustes et durables.

Beaucoup de recherches sont effectuées dans le but de rendre le béton plus solide, mais plusieurs des solutions proposées s’avèrent trop coûteuses pour une production commerciale. L’agent guérisseur de Michelle Pelletier permettrait de limiter ces coûts.

Enfin, la production de béton requiert beaucoup d’énergie, alors si celui-ci dure plus longtemps, la production pourrait diminuer, ce qui à son tour réduirait les émissions de CO2.