Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Un outil vieux de 100 ans aide encore à concevoir les voitures du 21e siècle!

Un outil vieux de 100 ans aide encore à concevoir les voitures du 21e siècle!

Par ,

Dans une petite rue tranquille d’Auteuil dans le 16e arrondissement de Paris se trouve un magnifique bâtiment de pierre d’angle blanchâtre classé monument historique. Difficile de croire qu’à l’intérieur, on y effectue des études élaborées sur des bolides de compétition ultra modernes.

Le laboratoire aérodynamique Eiffel occupe le 67 rue Boileau depuis presque 100 ans. Oui, un laboratoire de Gustave Eiffel, l’ingénieur de génie qui a conçu la fameuse tour métallique qui est sans contredit le symbole de Paris depuis plus d’un siècle.

Photo: René Fagnan/Auto123.com

Tout commence avec la construction de sa tour pour l’exposition universelle de 1889. Gustave Eiffel en obtient la licence d’exploitation pour plusieurs années. Mais à l’origine, il était prévu que la tour devait être démolie. Afin de sauver sa tour de la destruction, il doit lui trouver des usages essentiels.

La tour devient une station météo, permettant ainsi d'effectuer la première série de prises de mesures météo en continue et en altitude. Puis, on y installe une antenne de TSF (haute de 312m et qui servit efficacement l’armée française) et enfin, Eiffel l’utilise pour ses premiers essais aérodynamiques.

C’est à cette époque que les frères Wright créent leurs premiers planeurs et avions à moteurs. Eiffel est fasciné et désire comprendre les lois aérodynamiques qui régissent le déplacement d’un corps dans l’air. Il conçoit alors un appareil de chute.

Vue arrière de la soufflerie avec le ventilateur. (Photo: René Fagnan/Auto123.com)

Cet appareil fort ingénieux tombe en chute libre depuis le deuxième étage de la tour en suivant un câble en acier. Un objet, dont la forme aérodynamique est à évaluer, est fixé à l’appareil. Des dispositifs d’enregistrement sont logés dans les deux cylindres latéraux (déjà une forme d’acquisition de données) et enregistrent les forces qu’exerce l’air sur l’objet en mouvement.

Au bout de quelques centaines d’essais, Gustave Eiffel constate qu’il a besoin d’un dispositif plus performant.

Il fait donc construire une première chambre de vent au Champ de Mars, juste au pied de la tour. Mais en 1909, Eiffel perd la licence d’exploitation de la tour, doit quitter les lieux, et achète un terrain à un maraîcher, en campagne, rue Boileau à Paris. À 76 ans, il fait construire la soufflerie où nous sommes aujourd’hui et procède à son premier essai en mars 1912, il y de cela presque 100 ans.