Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Une journée chez Transports Canada

Une journée chez Transports Canada

Par ,

* Cliquez ICI pour visionner la vidéo sur Transports Canada*


Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous pouviez vous procurer certains véhicules et pas certains autres ? Il y a une foule de raisons à cela, mais il est certain que c'est une question d'argent et de marché, d'une part, et de normes et de réglementations, d'autre part. Transports Canada est l'organisme responsable de prendre ces décisions qui touche
le marché de l'automobile. Il y a quelque temps, nous nous sommes rendus dans l'un de leurs bureaux, à Ottawa, et nous avons découvert là un tout autre monde de l'automobile parallèle au nôtre.

Même si bon nombre de personnes connaissent cet organisme, plusieurs n'ont aucune idée de ce qu'on y fait, des objectifs qu'on y poursuit. De notre côté, c'est le service Sûreté et Sécurité de Transports Canada qui nous intéressait plus particulièrement. Les gens de ce service sont responsables de définir et d'appliquer les normes et règlements requis pour assurer la sécurité et la sûreté, peu importe le mode de transport, aviation civile, ferroviaire, maritime et routier. Nous nous sommes plutôt attardés au transport routier et à la Sécurité Routière.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, la sécurité routière n'a rien à voir avec l'état des routes. Ça, c'est la responsabilité de Transports Québec. En matière de sécurité routière, les éléments importants sont le chauffeur, les passagers et le véhicule. Il y a 35 ans, on a créé la loi sur la sécurité automobile pour mettre sur pied des normes de sécurité applicables dans le design et la construction des véhicules motorisés. Cette loi comportait des normes qui interdisaient l'entrée au pays de certains véhicules automobiles. Voilà qui explique pourquoi quelques véhicules ne passent
pas la frontière canado-américaine comme la Mitsubishi Lancer Evo IX; Il en est de même de la dernière génération de la Toyota MR2 qui s'est seulement vendue aux États-Unis.

Pour la plupart des gens, la sécurité ne se résume qu'à leurs coussins de sécurité gonflables, à leurs freins ABS et aux cotes de collision. La sécurité c'est beaucoup plus que cela, et ça implique le conducteur. Qui n'a pas déjà vu quelqu'un conduire son véhicule tout en parlant sur son téléphone sans-fil et en buvant ? Si l'on consulte le site Internet de Transport Canada (www.tc.gc.ca), on peut trouver des liens qui mènent vers des rapports d'études et de recherche très utiles. On donne également aux internautes des conseils sur la sécurité des enfants et sur la conduite en hiver, notamment. C'est aussi le service de Sécurité routière de Transport Canada qui émet les rappels liés à la sécurité des véhicules. Ainsi, si vous pensez être aux prises avec un sérieux problème lié à la sécurité de votre véhicule, nous vous suggérons de communiquer avec ce service en composant le 1 888 333-0510 et de loger une plainte. Si vous le faites, assurez-vous de donner tous les détails pertinents liés au problème. À ce moment-là, l'enquêteur sera plus en mesure de vous aider.

Maintenant, regardons de plus près ce qu'on fait au service de sécurité routière. Comme moi, vous vous êtes sans doute demandé pourquoi vous ne pouviez vous procurer certains véhicules comme les micro et les minivéhicules. En principe, c'est le groupe Sécurité routière qui fait l'évaluation et qui décide qu'on vendra ou non un véhicule chez nous. Pour être plus précis, en vertu du Programme de véhicules à technologies de pointe (PVTP), on étudie des voitures proches de la production ou qu'on peut déjà se procurer sur d'autres marchés. On évalue leur consommation, leurs émissions et leurs performances en termes de sécurité. Si l'on se rend compte qu'un véhicule présente un potentiel
énorme, on prend les mesures pour tenter de l'introduire dans le marché local. Prenez l'exemple de la smart fortwo. Nous devons les remercier pour cette remarquable petite voiture.

Comment les gens de Transport Canada se procurent-ils ces véhicules ? Tout simplement en les achetant dans d'autres pays, en les important chez nous et en leur faisant passer une batterie de tests tous plus rigoureux les uns que les autres. On les conduit dans des conditions normales et on leur fait subir des tests de laboratoire. On les teste également sur une piste pour les évaluer au moyen d'instruments de mesure.