Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Étude : L'empreinte écologique des voitures électriques est plus faible que celle des véhicules traditionnels

On entend parfois des gens mentionner que la voiture électrique est aussi nuisible à l’environnement que la voiture à essence au cours de son cycle de vie.

De nombreuses études ont prouvé que c’était faux. La dernière sur laquelle nous sommes tombées en arrive à la même conclusion et elle nous provient du Royaume-Uni et elle a été partagée sur le site de la BBC. La crainte que les voitures électriques puissent en fait augmenter les émissions de carbone est un mythe nuisible, selon les chercheurs.

Au cours des derniers mois, on a vu apparaître de nombreux reportages qui posaient la question suivante : est-ce que les voitures électriques sont vraiment plus « vertes » une fois que les émissions dues à la fabrication et à la production d’électricité sont comptabilisées ?

Une récente recherche effectuée conclut que pour la plupart des endroits sur la planète, les voitures électriques produisent globalement moins d’émissions, même si l’utilisation de combustibles fossiles fait souvent partie de l’équation pour la production d’électricité.

D’autres études mettent en garde que pour atteindre les objectifs climatiques, il sera nécessaire de limiter les déplacements.

Auto123 lance Shopicar ! Tous les modèles de l’année et toutes les promotions en cours.

Photo : D.Boshouwers

Les nouvelles recherches des universités d’Exeter, Nimègue — aux Pays-Bas — et Cambridge montrent que dans 95 % des endroits à travers la planète, la conduite d’une voiture électrique est meilleure pour le climat que celle d’une voiture à essence.

Les seules exceptions sont des endroits comme la Pologne où la production d’électricité est encore principalement basée sur le charbon.

Émissions sur la durée de vie
Selon les chercheurs, les émissions moyennes sur la durée de vie des voitures électriques sont jusqu’à 70 % inférieures à celles des voitures à essence pour des pays comme la Suède et la France (où la majeure partie de l’électricité provient d’énergies renouvelables et du nucléaire), et environ 30 % inférieures au Royaume-Uni.

Selon eux, la situation des voitures électriques va devenir de plus en plus favorable à mesure que les pays passeront à l’électricité propre.

Photo : D.Boshouwers

L’étude prévoit qu’en 2050, une voiture sur deux en circulation dans le monde pourrait être électrique. Cela permettrait de réduire les émissions mondiales de CO2 jusqu’à 1,5 gigatonne par an, ce qui correspond au total des émissions actuelles de CO2 de la Russie.

Les progrès pourraient être beaucoup plus rapides si les nations adoptent des objectifs plus stricts, comme l’a fait le Royaume-Uni en s’engageant à ce que chaque nouvelle voiture vendue ne produise aucune émission d’ici 2035, au plus tard.

« L’idée que les véhicules électriques pourraient augmenter les émissions est un mythe complet... Nous avons fait des calculs pour le monde entier, en examinant toute une série de voitures et même dans notre pire scénario, il y aurait une réduction des émissions dans presque tous les cas. »

- Dr Florian Knobloch de l’université de Nimègue, auteur principal de l’étude

Porsche Taycan S
Photo : Porsche
Porsche Taycan S

Problème non résolu
Mais cela ne signifie pas que le problème des voitures et de l’environnement est résolu. Tout d’abord, il sera difficile de faire passer le parc automobile à l’électricité à temps pour atteindre l’objectif climatique du Royaume-Uni en 2050.

Deuxièmement, ce processus mettra à rude épreuve la production et la fourniture d’énergie propre.

Et troisièmement, l’abrasion des pneus et des composants des freins des voitures électriques continuera de créer de la pollution dans les villes.

Le professeur Greg Marsden, de l’Institut d’études des transports de l’université de Leeds, a lancé un avertissement :

« L’électrification est nécessaire, mais pas suffisante. Il faut réduire la demande de déplacements d’au moins 20 %, tout en abandonnant la voiture si nous voulons atteindre nos objectifs climatiques. Cela implique un changement social vraiment important. C’est pourquoi il s’agit d’une urgence climatique et non d’un désagrément climatique. »

- Greg Marsden, de l’Institut d’études des transports de l’université de Leeds

Nissan LEAF / Chevrolet Bolt
Photo : D.Boshouwers
Nissan LEAF / Chevrolet Bolt

La nouvelle étude a également examiné les thermopompes résidentielles et a constaté qu’elles produisent également moins d’émissions que les solutions faisant appel aux combustibles fossiles, et ce, dans 95 % des endroits à travers le monde.

Les chercheurs ont réalisé une analyse du cycle de vie dans laquelle ils ont calculé les émissions de gaz à effet de serre générées non seulement lors de l’utilisation des voitures et des systèmes de chauffage, mais aussi dans la chaîne de production et le traitement des déchets.

Dans 53 des 59 régions du monde, dont l’ensemble de l’Europe, les États-Unis et la Chine, les résultats montrent que les voitures électriques et les thermopompes produisent déjà moins d’émissions que les solutions s’appuyant sur les combustibles fossiles.

Ford Mustang Mach-E
Photo : Ford
Ford Mustang Mach-E