Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Votre voiture versus la nature

Votre voiture versus la nature

Par ,

D’où je viens, il faut nécessairement conduire longtemps avant d’arriver quelque part. Conduire le long d’autoroutes ennuyantes aux limites de vitesses tout de même élevées, sur lesquelles il est facile de tomber en mode pilote automatique, surtout si vous parcourez ces autoroutes souvent, et la nuit.

Donc, l’autre soir, quand un énorme ours noir s’est flanqué devant la Subaru Impreza 2012 dont je faisais l’essai, au sud de Sudbury en Ontario, j’étais content de justement ne pas être mentalement ailleurs.


Peut-être que Yogi essayait d’échapper à une horde de moustiques réveillés par les pluies de fin de printemps tombées sur le nord de l’Ontario. Peut-être qu’il était juste confus. Ou peut-être qu’il a simplement oublié de regarder des deux côtés de la rue avant de traverser. Peu importe la raison, ce genre d’incident arrive fréquemment dans mon coin de pays – et peut être fatal si on ne fait pas attention.

Où en étais-je?

Un peu de concentration Justin.

Ne vous énervez pas. Amorcez tranquillement votre freinage, repérez la trajectoire à prendre derrière l’ours, manœuvrez dans cette direction, laissez-vous gentiment déborder sur l’accotement, puis revenez doucement sur la route. Respirez.

Et là, un bon coup de klaxon pour encourager Yogi à quitter le périmètre. Ensuite les feux de position pour avertir du danger les autres usagers de la route.

Danger écarté.

Je ne suis pas un instructeur de conduite, et je n’ai pas de sixième sens pour la conduite. Ce que je suis par contre, c’est un habitant du nord qui se tape dans les mille kilomètres chaque semaine, semaine après semaine, au volant de plusieurs voitures différentes, et qui rencontre toutes sortes de bêtes sauvages.

Voici quelques conseils que j’ai appris (et qu’on m’a donnés) qui pourraient vous aider à éviter des accidents reliés avec les créatures de Dame Nature.

Vous devez être en mesure de bien voir et de bien réagir. Rendez service à vos yeux, et assurez-vous que votre système d’éclairage, de type xénon de préférence, est pointé dans la bonne direction. Prenez note qu’une paire de lunettes de conduite portée le jour aidera vos yeux à rester « frais » en soirée. Évitez de les fatiguer – car la fatigue peut ralentir votre temps de réaction.

Ne faites pas le fou non plus. Enfoncer les freins trop brusquement ou secouer votre volant trop brutalement sont deux bons moyens d’atterrir directement dans l’obstacle que vous cherchez à éviter. Soyez délicat avec les commandes, ainsi vous aurez une meilleure adhérence, ce qui facilitera votre manœuvre.

Cherchez à passer derrière l’animal si vous pouvez. La plupart des bêtes n’aiment pas reculer.

Restez sur vos gardes et ne paniquez pas. Servez-vous d’un tronçon de route désert pour vous exercer à appliquer les freins lorsque vous pourrez le faire en toute sécurité. Vous aurez d’autant plus de succès en situation réelle.

Appliquez une pression constante sur la pédale, même en débordant sur l’accotement. Soyez ferme, mais souple avec les commandes. N’allez pas provoquer un accident pour un malheureux lapin. Si vous êtes confronté au choix entre frapper un animal ou une voiture venant en sens inverse, sacrifiez la bête.

C’est triste, mais il vaut mieux ainsi.

Portez votre regard le plus loin possible pour repérer les premiers signes du danger. Votre vision périphérique est plus sensible à ce qui se passe sur les côtés de toute façon (lire « dans les buissons »). Souciez-vous de ce qui se passe devant, laissez votre vision périphérique faire le reste.

Si vous frappez un animal, rangez votre véhicule sur le côté rapidement mais pas brusquement, et enclenchez vos feux de position.