Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

BMW M3 Coupé 2009 : essai routier

BMW M3 Coupé 2009 : essai routier

Le coupé qui décoiffe Par ,

Chez BMW, on fait rarement dans la dentelle quand vient le temps de créer des voitures sport. Les attentes à l'égard de la M3 coupé étaient donc très élevées. Normal me direz-vous, de la part d'une voiture qui fait presque figure d'icône dans le créneau spécialisé des sportives de performance allemande.

Stylée, racée et sportive, voilà certes trois qualités que la BMW M3 peut se vanter d'avoir.

Mais avec sa plus récente génération, BMW s'est délicatement raffiné. Pas question d'abandonner totalement le côté bestial de la chose, mais les baby-boomers ayant une forte propension à prendre de l'âge et du gabarit, il fallait prévoir une voiture capable de satisfaire les bedaines et les dos souffrant de ces conducteurs vieillissants... des caractéristiques qui s'appliquent tout aussi bien à moi d'ailleurs.

Une gueule de monstre

La BMW M3 a définitivement un style bien à elle. Oui, sans conteste, elle reprend les grandes lignes de la série 3 et de son design qui ne fait pas nécessairement l'unanimité. Mais elle ajoute en plus des éléments aérodynamiques uniques, et un renflement sur le capot, synonyme de la présence d'un moteur suralimenté qui fait sourire les amateurs.

Parce que ses dimensions ont fortement grandi depuis sa dernière refonte, la M3 est devenue une citadine plus ordinaire, du moins en matière d'esthétique. On a tout de même osé quelques secrets, qui n'affectent en rien le look, mais font une différence en matière de performance, et c'est le cas du capot et du toit en matériaux allégés, histoire de ne pas se laisser handicaper par le poids.

À l'intérieur, la M3 n'a plus rien de la bête exotique de sobriété qu'elle était. Au contraire et à la condition de se contorsionner un tantinet, deux passagers pourront se retrouver aux places arrière de façon assez confortable. Mais pour s'y hisser, comme dans la plupart des versions deux portes, le trajet est parfois difficile.

En matière de planche de bord, pas de compromis non plus. Le style évoque tout BMW, c'est-à-dire raffinement, qualité de finition.... et complexité d'utilisation. Car comme il se doit, la M3 est dotée du système iDrive qui fait tant rager les amateurs de commandes multiples. Même si on l'a considérablement amélioré et simplifié, il demeure complexe à utiliser. En résumé, la notion est simple: une seule grosse mollette en plein centre de la console centrale commande à la fois la climatisation, l'audio, et la navigation. Vous devez donc fréquemment y jeter un oeil... délaissant du même coup la route devant vous.

Malgré tout, l'intérieur est agréable et les cuirs utilisés attestent une finesse remarquable.

Bonne note aussi pour les sièges ajustables dans toutes les directions, qui proposent une position de conduite impeccable en toute circonstance, et qui soutiennent avec fermeté sans inconfort toutes les parties du corps qui doivent être soutenues....

À l'intérieur, la M3 n'a plus rien de la bête exotique de sobriété qu'elle était.