Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Cadillac CTS Coupé 2011 : premières impressions

Cadillac CTS Coupé 2011 : premières impressions

J'ai-tu l'air grosse là-dedans? Par ,

Sans l’ombre d’un doute, avec la version actuelle de la berline CTS, Cadillac a réussi à s’approcher parmi les meilleures de la catégorie des berlines compactes sportives de luxe, notamment les Série 3 de BMW, l’Infiniti G et la Classe C de Mercedes-Benz.

La CTS Coupé semble presque identique au prototype présenté dans les salons. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Mais puisque la plupart d’entre eux offrent une version coupé de leurs petites berlines, Cadillac profiterait normalement de les imiter. Si, bien sûr, la division de GM sentait le besoin d’avoir une voiture à deux portes dans leur gamme de produits, ce qu’elle n’a pas en ce moment.

Alors la CTS Coupé est née. Présentée dans les salons automobiles en 2008, la voiture a attiré des compliments partout où elle est apparue, grâce à son allure de voiture de concept. La version de production de la CTS Coupé semble presque identique au prototype exposé dans les salons.

Prenez place dans la CTS Coupé, et vous remarquerez quelque chose de bizarre sur le plancher, à côté de la porte. On dirait un levier, puisque je suis curieux, j’ai tiré dessus : je m’attendais à être propulsé à travers le toit de la voiture, bouclé au siège, et à redescendre tranquillement après le déploiement d’un parachute. Finalement, c’est la porte qui s’est ouverte.

Voyez-vous, pour ouvrir les portes, il n’y a pas de poignées que l’on voit habituellement dans une voiture, mais des boutons-poussoirs. On ne peut ouvrir la porte avec le bouton lorsque la voiture est embrayée, mais on peut le faire avec les leviers d’urgence plutôt voyants sur le plancher. Pourquoi n’ont-ils pas simplement installé des poignées conventionnelles après les portes? De l’extérieur, ces dernières s’ouvrent également au toucher d’un bouton, ce qui explique, en partie.

Les sièges avant incluent des commandes électriques près de leurs appuie-têtes afin de faciliter l’accès aux places arrière. Une fois à bord et assis, on remarque instantanément que les stylistes ont oublié que les humains ont toujours des têtes, puisqu’on doit se pencher le melon par en-avant pour compenser le manque de dégagement. Quand même, plusieurs coupés compacts ont le même problème, alors ce n’est rien de surprenant.

La CTS Coupé repose sur le même empattement que la berline, et mécaniquement, il n’y a pas grand différence, alors la tenue de route est familière : dynamique mais pas résolument sportive, un peu de roulis de caisse, et un roulement un peu saccadé sur les surfaces abîmées.

La CTS Coupé repose sur le même empattement que la berline, et mécaniquement, il n’y a pas grand différence. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)