Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

L.A. Auto Show 2009: Cadillac CTS Coupé 2011

L.A. Auto Show 2009: Cadillac CTS Coupé 2011

Par ,

Un coupé Cadillac a toujours été synonyme d’élégance, de richesse et d’envie. Pensons à l’Eldorado ou à la DeVille originale, des voitures étroitement associées au transport personnel de luxe. Les temps ont changé depuis, Cadillac aussi. Par contre, la compagnie a conservé son désir d’offrir aux consommateurs sophistiqués, une alternative à deux portes qui soit à la fois sportive et accessible. Rappelez-vous, ce n’était pas le cas du roadster XLR, dont le prix canadien dépassait les 100 000 dollars.


Bien que Cadillac ait joué un rôle de pionnière, il faut admettre que les marques japonaises et allemandes sont passées maîtres dans l’art de créer des coupés de luxe. La nouvelle CTS Coupé a donc beaucoup de pain sur la planche, elle qui rivalisera avec les Audi A5, BMW Série 3, Infiniti G et, dans une moindre mesure, la Mercedes-Benz de Classe E.

Alors que ce créneau peinait à survivre il n’y a pas si longtemps, la tendance actuelle veut que toute compagnie de luxe qui se respecte doit offrir un coupé à deux portes. Or, souvent, un coupé à toit fixe ne suffit pas; il faut ajouter une version décapotable. Aura-t-on droit à une CTS Cabriolet à court terme? Les représentants de la compagnie répondent à cette question en disant que la CTS Coupé n’a jamais été pensée en fonction d’un cabriolet. Autrement dit, le développement serait trop coûteux. Peut-être pour la prochaine génération…

Une beauté

Le nouveau modèle possède d’excellents gènes. La CTS qui lui sert de base et qui lui prête l’ensemble de ses composantes mécaniques est toujours aussi belle qu’à ses débuts à Détroit il y a trois ans. Malgré un empattement identique à la berline, le coupé mesure cinq centimètres de moins en longueur et en hauteur. Les seules autres similitudes restent l’instrumentation, la console, les phares, les ailes avant et la calandre.

Esthétiquement, hormis la présence de seulement deux portes, le coupé se distingue de la berline par son toit rigide fuyant qui supprime les montants centraux traditionnels, ses poignées de portes inspirées de la Corvette, son pare-brise plus incliné, sa longue lunette arrière quasi horizontale et son double échappement central avec embouts de forme diédrale.

Une bête

À son arrivée sur le marché, la Cadillac CTS Coupé renfermera l’un des meilleurs moteurs GM de la présente décennie. Le V6 de 3,6 litres à injection directe incarne une vraie bête de travail et on l’utilise à plusieurs sauces au sein de la famille GM. Ici, il génère une puissance sans précédent de 304 chevaux. Des boîtes manuelle et automatique à six rapports seront disponibles, tout comme des systèmes d’entraînement à roues motrices arrière et à traction intégrale (dans ce dernier cas, la boîte automatique est obligatoire).