Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chevrolet Malibu 2004

Chevrolet Malibu 2004

Par ,

Chevrolet Malibu 2004

General Motors croyait avoir trouvé la bonne recette en 1997 alors qu'il identifiait sa nouvelle berline compacte par un nom qui avait déjà connu des heures de gloire dans les années 60 et 70 : la Malibu. Ce modèle dont le nom était emprunté à une mythique plage de la côte ouest californienne avait été un des leaders du marché à son époque et on était convaincu qu'un nouveau modèle de ce nom connaîtrait un succès boeuf.

Malheureusement, les résultats ne furent pas aussi convaincants que souhaité. Tout simplement parce que cette berline s'attaquait à une ribambelle de voitures toutes plus douées les unes que les autres à savoir les Honda Accord, Mazda 626/Mazda 6 et la Toyota Camry pour ne nommer que ce trio. De plus, l'exécution laissait à désirer. Son moteur quatre cylindres était asthmatique, sa suspension avant médiocre tandis que la finition était sommaire. Bref, il n'y avait que le nom et un prix alléchant pour attirer les acheteurs. C'est du moins la perception des gens jusqu'à ce jour bien que de nombreuses améliorations aient été apportées au fil des ans. Il faut de plus ajouter que cette Chevy est l'une des voitures les plus fiables sur le marché.

Cette fois, GM a mis plus d'emphase dans le développement de nouvelles voitures et sa direction entend bien offrir un produit plus compétitif en remplacement de la Malibu. Il nous en a fourni la preuve en choisissant la plate-forme Epsilon déjà utilisée en Europe sur les Opel Vectra et Saab 9,3. Et Bob Lutz a bien défendu à ses ingénieurs de trop la modifier dans le but de l'adapter aux goûts nordaméricains. Du moins l'interprétation que Détroit en fait, mais il semble que les concepteurs de cette division commencent à comprendre. Après tout, les suspensions des Honda Accord, Mazda 6 et Toyota Camry ne sont pas remplies de guimauve. Celle de la Malibu est ferme, mais juste ce qu'il faut. La plate-forme très rigide ne nécessite pas l'utilisation de réglages ultra durs pour obtenir une bonne tenue de route. Il faut également ajouter que les bruits et les vibrations sont très bien atténués. Enfin, le boîtier de direction est ancré très solidement, ce qui assure un meilleur feed-back de la route.

Les suspensions avant et arrière sont indépendantes. Des jambes de force se chargent du travail à l'avant tandis que des liens multiples ont pour mission de maintenir les pneus sur la route et de prévenir les déflections latérales. Le modèle de base est stoppé par une combinaison de freins à disques à l'avant et de tambours à l'arrière tandis que les versions LS et LT ont quatre disques. Et si vous vous apprêtez à critiquer la direction à assistance électrique, je vous souligne que la Mazda 6 est équipée d'un système semblable. Alors!