Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chrysler 300C Platinum 2016 : premières impressions

Chrysler 300C Platinum 2016 : premières impressions

Encore très bonne Par ,

Chelsea, Michigan – J’ai la chance d’essayer beaucoup de véhicules neufs chaque année, souvent même plus d’une centaine. Ma mémoire est encore très bonne, alors je me rappelle assez facilement les impressions que chaque modèle me fait.

Voilà 10 ans que j’évalue les grandes berlines de Chrysler et je continue de penser qu’elles sont les meilleures de leur catégorie. Bien que la Ford Taurus, la Chevrolet Impala et la Hyundai Genesis aient remporté des prix Auto123.com, la Chrysler 300 et la Dodge Charger demeurent celles que je préfère. Mon plus récent essai de la 300 a d’ailleurs renforcé mes sentiments à son égard. 

En faisant renaître la 300 en 2005, Chrysler a établi un nouveau standard pour ses grandes berlines à plateforme LX. Elle et la Charger (sans oublier la Dodge Magnum jusqu’en 2009) ont été si populaires qu’elles n’ont pratiquement pas changé en plus d’une décennie. 

Pour 2016, Chrysler a modernisé quelques attributs physiques de la 300, mais seul un œil averti pourrait les identifier. Ce qui retient surtout l’attention, c’est l’ajout de nouvelles versions dont une Édition 90e anniversaire. J’ai passé une semaine avec une Chrysler 300C Platinum munie d’un système audio Harman Kardon de 900 watts à 19 haut-parleurs, de boiseries poncées à la main et de sièges en cuir Nappa capitonnés. 

Grande et spacieuse
L’habitacle de la 300C se veut simple et épuré. Chrysler a voulu faire plus avec moins et ça marche, car le décor possède un cachet très luxueux. Le système d’infodivertissement Uconnect avec écran tactile de 8,4 pouces repose fièrement au centre du tableau de bord et je le trouve excellent. Les commandes de climatisation sont soigneusement regroupées juste en dessous et tout le reste est dégagé. Ça fait du bien de voir ça! 

L’espace est généreux, les gros sièges procurent beaucoup de confort et j’adore la combinaison des tons indigo et lin pour le décor. Encore une fois, le coffre peut avaler à peu près n’importe quoi. En termes de design, la Chrysler 300C Platinum en met plein la vue à l’extérieur comme à l’intérieur. Regardez plus loin que ses jantes en alliage polies de 20 pouces et vous découvrirez quasiment une œuvre d’art. 

Oui, c’est une grosse berline avec un moteur V6 (ou encore mieux, un V8 HEMI) qui peut consommer beaucoup d’essence, mais les gens raffolent de ce genre de voiture, même en 2015. Chrysler a beau avoir de la misère à créer de bonnes petites voitures, tant qu’elle nous fait cadeau de modèles comme la 300, je m’en fous.

V6 ou V8? Poser la question, c’est y répondre
Le V8 HEMI de 5,7 litres en option génère 363 chevaux et 394 livres-pied de couple. Jumelé à une boîte automatique Torqueflite à 8 rapports, il propulse la Chrysler 300C 2016 de 0 à 100 km/h en 5,7 secondes et lui fait compléter le quart de mille en 13,5 secondes. Que dire de plus?

Mon essai de la 300C Platinum a été franchement trop court. J’ai pu la conduire sur un grand circuit ovale et atteindre une vitesse de 176 km/h, mais j’ai dû ralentir parce que d’autres journalistes qui croyaient pousser à fond leurs bolides SRT me bloquaient le chemin. Ça vous donne une bonne idée de la rapidité de la 300 entre les mains d’un bon conducteur…
Un superbe équilibre
Le couple maximal se déchaîne à 4 200 tours/minute et les changements de rapport gardent presque toujours le régime du moteur dans sa plage de puissance optimale. L’accélération est corsée et soutenue, ce qui fait grandement plaisir quand on pense au poids et au gabarit de cette berline.

Lorsque les gens parlent d’un « bateau » pour décrire une grosse voiture confortable sur la route, ils font référence à des modèles comme la Chrysler 300C 2016. La différence, c’est qu’elle reste bien stable même à 160 km/h – de quoi nous donner la confiance et l’envie de rouler encore plus vite. J’aurais vraiment aimé voir comment elle se comporte à plus de 200-220 km/h.

Quand vient le temps d’attaquer des routes sinueuses avec des épingles, la 300C se débrouille plutôt bien. Malgré ses roues motrices arrière (une transmission intégrale est disponible en option), elle a plus tendance à sous-virer qu’à survirer. Son roulis de caisse est minime et, de façon générale, on la sent solide dans ses manœuvres. La direction à assistance hydraulique s’avère précise, mais peu communicative. Les freins, eux, n’ont pas de difficulté à ralentir la voiture (je ne les ai pas super sollicités, mais Monsieur et Madame Tout-le-monde n’en font pas plus dans la vie de tous les jours). 

En avoir pour son argent
Une Chrysler 300 Touring très bien équipée, incluant un V6 de 292 chevaux, coûte moins de 40 000 $. L’écart entre elle et la 300C Platinum, tout juste en deçà de 45 000 $, est donc faible. Pour ce prix, vous obtenez une méchante bonne voiture, spacieuse et luxueuse. Ceci étant dit, le supplément de 2 200 $ pour la transmission intégrale en vaut la peine.

Peu importe la version, vous tomberez en amour avec la Chrysler 300 2016. Si vous optez pour le moteur HEMI (allez-y!) et n’avez pas le pied trop pesant, la consommation d’essence ne vous décevra pas non plus.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Chrysler 300 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Chrysler 300 C 2016
Chrysler 300 C 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :M.St-Pierre
2016 Chrysler 300 C pictures