Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai: Mercedes-Benz B200 Turbo 2006

Essai: Mercedes-Benz B200 Turbo 2006

La réponse ambiguë Par ,

La réponse ambiguë

(Photo: Philippe Champoux, Auto123.com)
Cherchant toujours à en offrir plus, les constructeurs automobiles se montrent de plus en plus astucieux. Aujourd'hui, on retrouve de tout sur le marché: mini-fourgonnettes de luxe, VUS haute performance, etc. Le véhicule dont je vais vous parler est une compacte fabriquée par l'une des marques de luxe les plus reconnues au monde. Essentiellement, on pourrait la qualifier de voiture de luxe pour débutants.

La toute nouvelle Mercedes-Benz Classe B est vantée comme le choix idéal pour ceux qui recherchent prestige et fonctionnalité sans payer le gros prix. La Classe B est un véhicule de luxe d'entrée de gamme qui, Mercedes l'espère, soutirera des ventes à des compagnies comme Acura, Audi et Volvo. Alors que le prix de l'essence continue de grimper, les manufacturiers tentent de s'assurer qu'ils pourront conserver leur clientèle en leur proposant un plus grand nombre de modèles économiques.

Une voiture familiale compacte avec une grosse étoile à trois pointes sur la calandre

(Photo: Philippe Champoux, Auto123.com)
Personnellement, j'aime bien le style très européen de la Classe B. Sa forme et ses dimensions en font un véhicule très attrayant pour se promener de la maison au boulot. Ce qui ressort le plus, c'est le museau proéminent, notamment la calandre surdimensionnée, à la fois élégante et agressive. L'autre élément de design qui retient l'attention est la ceinture de caisse inclinée et fuyante. Des montants A jusqu'aux montants D, la ligne s'élève de 6 ou 7 centimètres. Enfin, le seul format disponible est un hatchback à cinq portes, ce qui est un plus pour le marché canadien.

L'intérieur est spacieux, bien assemblé et polyvalent. Tous les sièges sont fermes et offrent un support agréable. La quasi-totalité des matériaux sont de première qualité, dont le tissu qui recouvre lesdits sièges. Parenthèse: mes passagers et moi avons trouvé plutôt inhabituel l'accès à l'habitacle. En effet, contrairement à plusieurs autres véhicules, le plancher de la Classe B est plat et au même niveau que les seuils de portes, ce qui fait qu'on glisse littéralement à l'intérieur au lieu de s'accroupir dedans. C'est la «construction en sandwich» de Mercedes qui en est responsable; le groupe motopropulseur est partiellement disposé en dessous de l'habitacle pour maximiser la protection des occupants en cas de collision frontale sévère. Fin de la
(Photo: Philippe Champoux, Auto123.com)
parenthèse. Petits, les instruments et boutons de cette Allemande sont néanmoins tous lisibles et à portée de main. Par surcroît, la Classe B est remarquablement bien isolée contre le bruit de la route.

Une Mercedes qui ne roule pas comme les autres

Il existe deux versions du moteur à quatre cylindres de 2,0 litres. Celle de base développe 134 chevaux de façon atmosphérique, tandis que la version turbocompressée génère 193 chevaux. Les transmissions offertes de série sont une manuelle à 5 et à 6 rapports, respectivement. Une boîte automatique à variation continue (CVT) est optionnelle dans les deux cas. Contrairement à toutes les autres Mercedes-Benz commercialisées en Amérique du Nord, la B200 (nommée ainsi en raison de sa cylindrée) est entraînée par ses roues avant. La suspension est indépendante à l'avant et semi-indépendante à l'arrière. Les freins se composent de disques aux quatre roues. Finalement, la direction offre une assistance électrique.