Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Ford F-150 XLT SuperCrew 4x4 Édition spéciale 2016 : essai routier

Ford F-150 XLT SuperCrew 4x4 Édition spéciale 2016 : essai routier

Encore numéro un pour de bonnes raisons Par ,

Le style est une affaire de goût, mais la plupart des gens s’entendent pour dire que la Ford F-150 est un beau véhicule. N’allez pas croire que les acheteurs de camionnettes se foutent de cet aspect au moment de faire leur choix, car c’est tout le contraire. Si certains préfèrent les lignes plus sobres des jumelles de GM ou la surdose de testostérone de Ram, sans parler des obscures concurrentes japonaises, plus de consommateurs adoptent la F-150, et ce, depuis fort longtemps. 

Ford a vendu près de 900 000 camionnettes de série F au Canada et aux États-Unis l’an dernier (118 837 ici-même), tandis que sa plus proche rivale, la Chevrolet Silverado, n’a pu dépasser les 650 000 exemplaires pour les 2 pays (seulement 46 407 au Canada). Bien sûr, il faudrait inclure la GMC Sierra et ses quelque 280 000 unités vendues, ce qui porte le total de GM à environ 930 000. De son côté, la grosse brute de Ram a trouvé quasiment 550 000 preneurs en 2015 (dont 91 195 chez nous).

Les modèles japonais auxquels j’ai fait allusion sont la Toyota Tundra avec presque 130 000 unités vendues et la Nissan Titan sortante avec un peu plus de 15 000 (la nouvelle génération devrait faire mieux). 

Les amateurs de GM diront que leur constructeur favori a écoulé plus de camionnettes que Ford l’an dernier, mais c’est juste à cause de problèmes de production chez l’ovale bleu, non pas en raison d’une demande inférieure.

Édition spéciale et ensemble Sport
Le design de la Ford F-150 2016 n’est qu’une partie de son pouvoir d’attraction, bien qu’il faille reconnaître que mon modèle d’essai XLT avait particulièrement fière allure avec son Édition spéciale (2 400 $) et son ensemble Sport (500 $). La première ajoute une calandre noircie avec grillage, des phares halogènes aux boîtiers noircis, des décalques noirs d’allure sportive sur le capot, les portières, les panneaux de caisse et le hayon, des marchepieds noirs, un embout d’échappement carré et chromé ainsi que des jantes de 20 pouces peintes en noir et chaussées de pneus tout-terrain BSW 275/55R20 (en version 4x4).

L’autre ensemble, lui, inclut des parechocs avant et arrière, des poignées de portes et des contours de roues tous de couleur assortie à la carrosserie de même qu’un décalque « SPORT 4X4 » sur les flancs ― ça, c’est juste ce que l’on voit de l’extérieur.

Certes, la peinture Rouge course de mon exemplaire faisait beaucoup de bien à son image, d’autant plus que l’Édition spéciale en question transpose cette couleur dans l’habitacle, notamment au niveau des rayures et des coutures, le tout accompagné d’un dessus de console spécial, d’un volant gainé de cuir et de garnitures en simili-fibre de carbone sur les portières. Pendant ce temps, l’ensemble Sport fournit des sièges avant « sport » (avec une division 40/20/40), une console qui s’étire jusqu’à l’arrière et un levier de vitesses monté au centre.

Le volant et la gaine du levier sont cousus avec du fil rouge pour s’agencer avec les sièges, sans oublier le gros couvercle du compartiment de rangement de la console. Le reste de la cabine de la Ford F-150 reflète le souci de qualité et de fonctionnalité de cette camionnette légendaire. Ceci étant dit, les matériaux employés font mentir la tendance au luxe dans ce segment de marché, surtout quand je compare avec d’autres camionnettes équipées pour plus de 60 000 $ (le prix de celle que j’ai testée). C’est une mauvaise nouvelle pour ceux qui aiment se faire chouchouter, mais un simple détail pour les propriétaires qui se servent de leur camionnette comme elle se doit et qui ne voudraient pas risquer d’abimer les belles garnitures avec de la boue et d’autres saletés.

Mais quel type de surface résiste le mieux à l’épreuve du temps au juste? Certains prétendent que les matériaux doux au toucher peuvent s’endommager plus facilement, alors que d’autres pointeront les marques et les égratignures indélébiles sur les surfaces plus dures. Personnellement, j’aime des surfaces denses et caoutchouteuses qui ont tendance à faire rebondir les objets avant que ceux-ci puissent causer des dommages. Je devine que Ford a bien étudié le marché et offre aux consommateurs ce qu’ils recherchent, chiffres de ventes à l’appui.

SYNC 3 et les autres gadgets
Là où la Ford F-150 XLT SuperCrew 4x4 2016 s’illustre, c’est au niveau des systèmes électroniques de bord, comme le bloc de cadrans aussi coloré que pratique, dans mon cas avec un insigne « SPORT » rouge au-dessus du tachymètre. Au centre, on retrouve un affichage couleur multifonctionnel qui nous fournit plusieurs informations pertinentes en un coup d’œil. De plus, le bloc central intègre maintenant SYNC 3 (en option), qui est probablement la meilleure technologie de son espèce dans l’industrie automobile. 

Vraiment? La meilleure? Eh bien, son interface s’inspire du iPhone et des autres systèmes d’exploitation de téléphones intelligents, plus précisément en termes de simplicité et de lisibilité. Son design clair et épuré est accentué par une combinaison de blanc et de bleu pâle qui flatte l’œil. On peut même y retrouver les menus et les applications de notre iPhone ou appareil Android via Apple CarPlay ou Android Auto. À défaut d’intégrer des capteurs de proximité comme certains systèmes concurrents, son utilisation s’avère très facile. SYNC 3 accepte d’ailleurs les commandes habituelles avec les doigts (pincer, écarter, glisser, etc.), sa reconnaissance vocale comprend bien ce qu’on lui dit plus souvent qu’autrement et son processus de configuration est plus simple.

L’équipement de cette camionnette comprend aussi une caméra de recul avec lignes de guidage, de superbes fonctions de téléphonie mains libres et de lecture audio en continu, une foule d’applications disponibles et un système de navigation optionnel (800 $). Ce dernier m’a toujours conduit là où je voulais de façon efficace.

Quand j’essaie un véhicule, je porte toujours attention au rangement pour les lunettes soleil. Celui de la F-150 se trouve dans la console au plafond, à côté des lampes d’appoint et des boutons pour le gigantesque toit ouvrant panoramique à 2 panneaux (une surprise qui gonfle la facture de 1 750 $). 

Mon modèle d’essai XLT SuperCrew bénéficiait également d’un système de surveillance des angles morts (650 $), de doublures pour les passages de roues (180 $), d’une doublure vaporisée pour la caisse (550 $), de rampes de chargement qu’on peut facilement ranger (650 $) et du fameux système d’accès à la caisse de Ford (400 $) avec marchepied et bras d’appui rabattables à même le hayon. Le prix final s’élevait à 60 029 $ avant les frais de préparation et les inévitables taxes.

Pour profiter de l’Édition spéciale, il faut d’abord greffer à la F-150 XLT l’ensemble 301A (3 200 $) ou 302A (6 300 $). Le second figurait au menu de ma camionnette et incluait ledit volant gainé de cuir, un affichage multifonction de 4,2 pouces devant le conducteur, SYNC 3 et une caméra de recul. N’oublions pas le démarreur à distance, les rétroviseurs latéraux chauffants à commande électrique avec clignotants intégrés et assombrissement automatique du côté conducteur, le rétroviseur intérieur à assombrissement automatique, les capteurs de recul, les pédales à réglage électrique, le siège du conducteur à 10 réglages électriques, le rangement sous les places arrière, la lunette arrière à commande électrique, le système de chargement BoxLink, l’aide pour atteler une remorque via la caméra de recul, la prise de courant de 110 volts, l’éclairage de caisse à DEL et l’ensemble de remorquage. 

La version XLT possède en plus de tout ça des phares antibrouillard, un accès sans clé, des commandes au volant, un régulateur de vitesse, un climatiseur manuel à l’interface très complète, des sièges avant chauffants à 3 niveaux d’intensité, une excellente chaîne sonore AM/FM/CD/MP3 avec prise auxiliaire et radio satellite, des vitres arrière teintées, un chauffe-moteur, des amortisseurs de gros calibre et plus encore. 

La F-150 et la performance
Malgré sa suspension renforcée et ses capacités impressionnantes, dont une charge utile de 2 890 livres et une force de remorquage de 11 400 livres, la Ford F-150 XLT SuperCrew 4x4 2016 que j’ai essayée a démontré un splendide confort de roulement et une maniabilité étonnante. Les améliorations apportées par l’Édition spéciale et l’ensemble Sport rehaussent visiblement l’agilité de cette camionnette, mais il faut aussi dire que l’effet de sa carrosserie légère en aluminium se fait bien sentir au décollage et dans les virages.  

Évidemment, une bonne partie de cette performance et de ces capacités provenait du V6 EcoBoost de 3,5 litres à injection directe sous le capot. Ce moteur turbo développe 365 chevaux à 5 000 tours/minute et un couple de 420 livres-pied à partir de seulement 2 500 tours/minute, ce qui donne de vraiment belles accélérations, que le véhicule soit chargé ou, comme dans mon cas, complètement vide. Sa consommation se veut intéressante, soit 14,7 L/100 km en ville, 10,7 L sur l’autoroute et 12,9 L en moyenne. 

À propos, le V6 EcoBoost de 3,5 litres n’est pas aussi économe de carburant que des moteurs turbodiesel de puissance comparable et je n’ai pas entendu parler d’un tel moteur pour la Ford F-150 dans les années à venir. Par ailleurs, les designers de la compagnie devraient peut-être copier GM et son système de marches intégrées aux coins du parechoc arrière, car le combo marchepied/bras devient inutile lorsque le hayon est fermé. On n’a jamais trop d’options pour grimper dans la caisse d’une camionnette, après tout. C’est encore plus vrai quand on a plus de 50 ans!

Pour ce qui est du chargement, on peut garder des items à l’abri dans la partie arrière de la cabine SuperCrew. Il suffit de relever les assises contre la paroi arrière pour accéder au rangement. Les passagers, eux, ne manquent pas d’espace : le dégagement pour les jambes dans ce modèle est ultra généreux et, dans l’ensemble, même les plus grandes personnes s’y sentiront à l’aise.

Si vous aimez le look et l’équipement de cette camionnette, mais n’avez pas besoin d’autant d’espace, vous pouvez opter pour la cabine double, qui s’accompagne elle aussi d’une caisse de 6 pieds et 2 pouces (la caisse de 8 pieds n’est pas disponible avec l’Édition spéciale). Vous pouvez également faire une croix sur le système à 4 roues motrices pour sauver de l’essence et augmenter les capacités de charge et de remorquage. En passant, la gamme de la F-150 2016 comprend aussi un V6 EcoBoost de 2,7 litres, qui génère 325 chevaux et 375 livres-pied de couple, ainsi que le vénérable V8 de 5,0 litres, annoncé à 385 chevaux et à 387 livres-pied. Une boîte automatique à 6 rapports fait équipe avec tous les moteurs proposés.

Bref, personne ne se plaindra d’un manque de choix de moteurs, de cabines et de caisses avec la nouvelle Ford F-150 2016, ni de couleurs extérieures (11), d’ailleurs. L’énorme potentiel de personnalisation de cette camionnette est une autre raison qui explique son succès grandiose. Attendez-vous à voir pas mal de modèles XLT Édition spéciale sur les routes canadiennes prochainement.

 

Photos :T.Hofmann
2016 Ford F-150 XLT SuperCrew 4x4 Special Edition pictures