Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Ford Taurus SEL 2008 : essai

Ford Taurus SEL 2008 : essai

Par ,

La Ford Taurus est de retour, et elle est toute nouvelle... d'une certaine manière. En donnant le nom Taurus à une version améliorée de la Ford Five Hundred, Ford a créé la plus grande Taurus qui ait jamais existé. Mais est-ce la meilleure Taurus à ce jour ?

La grande surface vitrée permet une visibilité irréprochable.

Une allure conservatrice

Plusieurs clientèles cibles différentes peuvent s'intéresser à la nouvelle Taurus. D'abord, les purs et durs de la marque, ceux qui en connaissent les moindres recoins. Si vous en faites partie, vous savez sans doute qu'elle était l'une des voitures les plus vendues, les plus fiables, et les plus économiques à l'achat et à l'usage de l'histoire du grand constructeur américain. Et, comme tout le monde, vous vous êtes demandé pourquoi Ford avait décidé d'enterrer le nom il y a quelques années. Rassurez-vous, même si vous n'en êtes pas certain, la nouvelle Taurus a de quoi vous rassurer.

L'autre clientèle, ce sont évidemment les acheteurs potentiels de Taurus, ceux qui, auparavant, s'intéressaient au modèle. Ils ne la regarderont peut-être plus du même oeil, puisque la nouvelle version, spacieuse et arrondie, a fortement grandi et est devenue une nouvelle interprétation de la grande voiture américaine.

On lui a tout de même greffé quelques éléments pour en adoucir l'allure. On a installé, par exemple, la calandre chromée qui fait fureur sur les Fusion et Edge. Mais on n'a pas complètement réussi à éliminer le style taxi de la Five Hundred, ce qu'on pourrait appeler une allure plutôt conservatrice.

Un habitacle démesuré
La vraie beauté de la Taurus nouvelle version, c'est la taille de son habitacle. On pourrait presque y loger une famille complète tellement elle est spacieuse. À l'avant, la hauteur même de la ligne de toit procure un dégagement rarement atteint, même dans des voitures aux dimensions nettement plus imposantes. Les sièges profitent d'un bon confort, même s'ils n'offrent que peu de maintien latéral. Mais après tout, qui poussera vraiment la Taurus en conduite sportive pour tester la qualité des sièges ?
On a plutôt misé sur le confort, histoire de plaire à la clientèle cible du véhicule.

À l'arrière, malgré un vaste dégagement, il faut toutefois noter l'étroitesse relative de la banquette où trois passagers auront de la difficulté à prendre place sans inconvénient et sans inconfort. Tout cet espace se retrouve alors dans le coffre de la voiture, véritable caverne d'Ali Baba et le plus vaste de la catégorie.

Et comme si tout devait être grand sur la voiture, les fenêtres, les rétroviseurs et les miroirs intérieurs sont de grandes dimensions, assurant une visibilité irréprochable.

L'habitacle est invitant et spacieux, mais c'est le coffre qui profite le plus de l'imposant gabarit de la voiture.