Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Honda Ridgeline 2017 : premières impressions

Honda Ridgeline 2017 : premières impressions

Le grand retour d’un incompris Par ,

Pour être considéré comme un joueur majeur dans l’industrie, un constructeur doit proposer un produit dans chacun des segments, ou du moins, dans la très grande majorité d’entre eux. On verrait mal Toyota ne pas offrir de VUS compact ou Ford être absente de la catégorie des voitures intermédiaires. 

Chez Honda, on a toujours nagé entre deux eaux. La compagnie est assez compétente pour dominer certains créneaux, mais pas suffisamment grande pour être présente partout. 

Elle y travaille toutefois, et le retour du Ridgeline est là pour en témoigner. Le modèle de première génération a remporté un certain succès, mais se voulait peut-être trop différent, surtout esthétiquement, pour permettre à Honda de ratisser large. On a fait des ajustements avec le Ridgeline 2.0. La bonne nouvelle, c’est que le produit demeure distinct, malgré des lignes plus normatives.

Vive l’indifférence?

Nous venons d’effleurer le sujet, les lignes du premier Ridgeline, à défaut d’être belles, avaient le mérite d’être différentes. C’était collé à la conception du véhicule qui l’était également. Honda avait décidé de proposer une camionnette, oui, mais en y allant à contre-courant, d’abord avec un design atypique, mais surtout avec une structure monocoque, une approche qui pourrait être considérée comme hérétique dans le milieu.

Commercialisé de 2006 à 2014, le Ridgeline a vu ses ventes décliner lors des dernières années. Honda devait revoir sa stratégie.

Voilà pourquoi la nouvelle mouture reçoit un design plus générique. Rien de spectaculaire. Plutôt, une camionnette qui a l’air d’une… camionnette. Le châssis monocoque est toujours là, les fonctionnalités et la différence aussi. 

Un vrai utilitaire

Honda souhaite que son Ridgeline soit vu comme un rival du Toyota Tacoma et des autres camionnettes intermédiaires du segment. S’il est vrai qu’il peut accomplir la majorité des tâches que peuvent abattre ces derniers, il ne s’adresse pas nécessairement aux mêmes consommateurs. 

En fait, le Ridgeline est un véhicule utilitaire sport, un vrai. Il offre le niveau de confort d’une berline et la polyvalence dont rêvent de prétendus VUS. En prime, il avance plusieurs des avantages de la camionnette. Analysée objectivement, cette création se veut un intéressant tour de force. 

En fait, le mot polyvalence est celui qui la décrit à perfection. Mis à part une cabine spacieuse qui peut recevoir 5 personnes ou un vélo de montagne lorsque la banquette arrière est relevée, on a droit à une boîte légèrement plus longue qui a conservé quelques-unes des caractéristiques uniques qui avaient fait école avec le premier modèle. 

Ainsi, on retrouve toujours un coffre au volume généreux qui peut être verrouillé. Il peut être converti en glacière pour vos sorties de plein air et profite même d’un drain. La caisse est également pourvue d’un dispositif qui retransmet le son de la chaîne audio du véhicule. Ce sont en fait les panneaux latéraux qui agissent comme haut-parleurs. Une prise de courant, intégrée à l’un d’eux, permet aussi de brancher un téléviseur pour l’installer dans la boîte.  

Quant à la surface de la caisse, elle est composée d’un nouveau matériau ultra résistant aux égratignures. Aussi, le hayon peut être ouvert de façon conventionnelle ou latéralement, pour un accès plus facile au coffre.  

Bref, une boîte de camionnette comme on en voit peu. 

Capacités

Nous ferions fausse route si nous comparions les capacités du Ridgeline à celles des autres produits de la catégorie. Nous le répétons, l’acheteur n’est pas le même. 

Même Honda reconnaît que la majorité d’entre eux ne recherchent pas un camion avec des compétences extrêmes. 

Ainsi, les 5000 livres de capacité de remorquage et la charge utile de 1650 livres du Ridgeline répondent aux besoins de la masse. Pour effectuer ce boulot, Honda mise encore et toujours sur son valeureux V6 de 3,5 litres, lequel propose 280 chevaux et 262 livres-pieds de couple. C’est 30 chevaux et 15 livres-pieds supplémentaires par rapport à l’ancien modèle. Il est jumelé à une boîte automatique à 6 rapports, ce qui représente une excellente nouvelle. En effet, on aurait pu avoir la mauvaise idée de lui greffer la transmission à 9 engrenages… 

Et cette boîte à 6 vitesses, elle profite de petits ajustements qui en améliorent le rendement énergétique. 

Enfin, mentionnons l’intéressante présence d’un système de gestion active du couple qui se charge de répartir, tant à l’avant qu’à l’arrière, qu’à la gauche ou à la droite, la puissance nécessaire aux roues qui profitent de la meilleure adhérence. En situation de virage, spécialement sur surface glissante, le système est particulièrement efficace. 

Et encore…

D’autres informations pertinentes concernant sa conception et ses capacités? 

Le Ridgeline profite d’une suspension indépendante aux 4 roues, ce qui explique sa douceur de roulement. En outre, différents modes de conduite peuvent être sélectionnés selon le type de terrain sur lequel on se trouve. 

En fait, il importe de savoir que les bases de ce nouveau Ridgeline sont empruntées au Pilot. Au niveau de la suspension, les composantes sont en grande partie plus robustes afin de pouvoir répondre aux besoins des futurs propriétaires. En outre, une plus grande utilisation d’acier à haute résistance a eu pour effet d’améliorer la rigidité structurelle de 28 % par rapport au modèle d’ancienne génération. 

Firestone a même développé un pneu spécifiquement pour ce Ridgeline. 

Clairement, Honda y a mis le paquet. 

À bord

Avant de conclure, quelques mots sur la cabine qui, comme celle de tous les produits de la marque, respire la qualité. Honda nous a répété à maintes reprises à quel point elle avait travaillé l’insonorité de cette dernière lors de la présentation médiatique. C’est en effet concluant lorsqu’on monte à bord et qu’on referme les portières, mais cela ne nous a pas empêchés de constater que les bruits de vents étaient bien perceptibles au-delà des 80 km/h. 

Comme quoi la perfection n’est pas de ce monde. 

Du reste, l’équipement est adéquat selon la version proposée. Notez qu’on en retrouve 5, soit LX, Sport, EX-L, Touring et Black Edition. Les prix varient entre 36 590 $ et 48 590 $. Toutes les versions réservées au marché canadien profitent de la motricité aux 4 roues.

Conclusion

Considérant que quelque 350 000 camionnettes de taille intermédiaires se sont trouvées un domicile aux États-Unis l’an dernier, et que ce chiffre est appelé à croître, on comprend l’intérêt de Honda de bien y figurer avec un Ridgeline compétent et attrayant. 

Reste à savoir quelle sera la réponse des consommateurs. Dans un marché aussi compétitif, le Ridgeline, plus un utilitaire qu’une camionnette, risque de tomber entre 2 chaises. En revanche, parce qu’il offre le meilleur des 2 mondes, il a tous les outils pour faire un tabac. 

Un petit quelque chose nous dit qu’un meilleur sort attend cette nouvelle génération. Une question de « feeling »... mais aussi de style.


 

 

 

 

 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
100%
Honda Ridgeline 2017
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Honda Ridgeline 2017
Honda Ridgeline 2017
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Honda Ridgeline 2017