Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Land Rover Discovery Sport HSE 2016 : essai routier

Land Rover Discovery Sport HSE 2016 : essai routier

Probablement le VUS compact de luxe le plus pratique qui soit Par ,

Le Disco revient à la mode! Non, je ne parle pas de la musique, même si des succès comme Can’t Stop the Feeling de Justin Timberlake et Uptown Funk de Bruno Mars et Mark Ronson nous laissent croire le contraire. Je fais plutôt référence au Land Rover Discovery. 

Les amateurs et les propriétaires du fameux Discovery (1989-1998) l’ont affectueusement surnommé « Disco » à l’époque. C’est vrai aussi pour les Discovery II, 3 et 4 vendus en Europe et ailleurs dans le monde depuis 1998 (connus sous les noms de LR3 et LR4 en Amérique du Nord). Ici, je vais m’attarder non pas à ces gros intermédiaires, mais bien au nouveau Land Rover Discovery Sport 2016, un VUS de luxe plus compact qui est tout de même capable d’accueillir jusqu’à 7 personnes. 

Moi qui mesure 5 pieds et 8 pouces, j’avais amplement d’espace à la 3e rangée, même quand les sièges des 2 premières étaient positionnés de façon confortable pour leurs occupants. Je ne dis pas que j’y passerais des heures, mais les vitres offrent une belle visibilité, le toit panoramique au-dessus fait paraître l’endroit plus aéré et on peut sentir du vrai air grâce aux bouches de ventilation réglables à la 3e rangée.

Le côté spacieux du Discovery Sport n’est qu’une des raisons pour lesquelles il a pris seulement 8 mois en 2015 pour vendre 51,3 % plus d’exemplaires que son prédécesseur, le LR2, dans sa dernière année complète. En outre, les ventes du Disco sont en hausse de 373,9 % au cours des 5 premiers mois de 2016 par rapport à celles du LR2 pour la même période en 2014.

Performance sur route et hors route
Comme tous les autres véhicules ornés de l’écusson ovale vert, le Land Rover Discovery Sport 2016 est très performant en dehors de la route, du moins c’est ce qu’on dit, car je n’ai pas eu la chance de le conduire loin des sentiers battus. Le LR4 reste plus compétent dans le désert du Serengeti ou au cœur de la forêt amazonienne ― si je me fie à mon aventure à l’école de conduite Land Rover Experience de Montebello, au Québec ― mais c’est surtout parce qu’il peut transporter plus de matériel chemin faisant.

Si on l’appelle Discovery « Sport », c’est pour évoquer son gabarit plus petit et son poids plus léger qui le rendent plus agile. Or, n’allez pas croire qu’il peut suivre un Range Rover Evoque ou même un Range Rover Sport sur une route sinueuse à 2 voies. C’est un peu comme faire le 100 mètres en gilet de laine, pantalons cargo et bottes de randonnée au lieu d’une camisole moulante, de cuissards en spandex et d’espadrilles de course.

Bon, j’exagère un peu, mais le nouveau Land Rover Discovery Sport a plus le tempérament d’un VUS classique que ses nombreux adversaires. Je ne veux pas dire par là qu’il se conduit comme un camion. Même le LR4, l’un des VUS les plus traditionnels sur le marché, se montre confortable et agile sur la route et en dehors de la route. Le Discovery Sport pousse le côté sport de l’équation à un niveau supérieur tout en adoptant une position de conduite droite comme son grand frère et en offrant une excellente visibilité tout autour. Land Rover a réussi à lui donner le cachet d’un utilitaire costaud sans sacrifier sa maniabilité, tandis que son roulement se veut doux et souple même sur les chaussées bosselées. 

Si vous avez déjà essayé l’Evoque, vous connaissez le moteur turbo à 4 cylindres de 2,0 litres à injection directe. C’est le même ici et il génère 240 chevaux et 250 livres-pied de couple par l’entremise d’une boîte automatique sophistiquée à 9 rapports contrôlée par une molette sur la console et des sélecteurs manuels au volant. N’oublions pas le système à 4 roues motrices avec l’excellent Terrain Response de Land Rover, lui aussi inclus de série. L’accélération de 0 à 100 km/h s’effectue en 8,2 secondes et la vitesse de pointe s’élève à 200 km/h, de quoi satisfaire amplement à défaut de nous exciter le poil des jambes. D’un autre côté, la consommation d’essence est relativement faible : 11,9 L/100 km en ville et 9,0 L/100 km sur l’autoroute. 

Design intérieur
L’habitacle du Land Rover Discovery Sport HSE 2016 recèle un dessus de tableau de bord doux au toucher comprenant même du cuir cousu de chaque côté du bloc de cadrans ainsi que devant le passager avant. À cela s’ajoutent des matériaux souples dans la partie supérieure des portières et un revêtement de sièges en cuir au riche parfum. Les montants de toit sont recouverts de tissu, plusieurs garnitures au fini argent satiné embellissent le décor et tous les boutons sont superbement conçus (ceux sur le volant en cuir m’impressionnent particulièrement). Cela dit, c’est la qualité et la convivialité des interfaces électroniques qui a d’abord retenu mon attention. 

Un affichage couleur multifonction de 5 pouces à haute résolution réside au milieu des cadrans principaux, tandis qu’un écran multimédia tactile de 8 pouces en couleur domine le bloc central. Ce dernier se compare à une tablette Windows en termes de look et de sensation. Trois de ses quadrants ont une image de fond évocatrice : un beau coucher de soleil pour la climatisation, une cabine de téléphone rouge pour les fonctions de communication et une route sinueuse pour la navigation (l’audio se contente de barres bleues). Croyez-moi, la performance de la chaîne sonore ne vous décevra pas. Le reste du système d’infodivertissement correspond aux attentes dans la catégorie.

Par ailleurs, la jolie interface de chauffage/climatisation comprend trois molettes en aluminium cerclées de caoutchouc, avec un petit affichage numérique en leur centre (température, vitesse du ventilateur, etc.). Au-dessus de nous, une simple console réunit les lumières de lecture à DEL, l’interrupteur du paresoleil de toit panoramique et un support à lunettes fumées bien rembourré. 

Versions et équipement
Je ne vais pas tout énumérer, mais sachez que le modèle SE de base à 41 790 $ est bien équipé. Il comprend notamment la mécanique turbo dont j’ai parlé, des phares et des essuie-glaces automatiques, un frein de stationnement électronique, un bouton de démarrage, un climatiseur automatique à 2 zones, des sièges avant à 8 réglages électriques, une sellerie partiellement en cuir, une chaîne audio à 10 haut-parleurs totalisant 190 watts, Bluetooth et la lecture de fichiers en continu, de multiples ports USB, un système de stabilisation de la remorque, tous les dispositifs de sécurité active et passive auxquels on s’attend et bien plus encore.

À 46 790 $, le Land Rover Discovery Sport HSE 2016 que j’ai testé bénéficiait en plus de phares à haute intensité, de feux de jour et antibrouillard à DEL, d’un volant chauffant, de sièges avant à 10 réglages électriques avec mémoire, d’une sellerie en cuir haut de gamme, de capteurs de stationnement avant et arrière, d’une caméra de recul, d’un toit ouvrant panoramique et j’en passe. Ses jantes de 19 pouces arboraient un fini noir tout comme le toit (extra de 500 $), sa carrosserie était peinte en Rouge Firenze métallisé (1 200 $), un système de navigation était inclus (850 $) et l’ensemble sièges 5+2  (1 900 $) ajoutait une 3e rangée.

Cette dernière ne semble pas trop affecter la capacité de chargement. Il s’agit d’une banquette qui se replie facilement 50/50 quand on tire sur des sangles; l’espace obtenu atteint alors 926 litres. Bien sûr, on peut aussi replier les sièges de 2e rangée, ce qui donne un total de 1 894 litres pour les bagages. Vous avez des skis ou d’autres longs objets à transporter? Sa configuration 40/20/40 s’avère idéale. Les passagers assis aux places arrière extérieures peuvent même se faire chauffer les fesses (en option).

Notez que des systèmes de sécurité plus évolués comme la prévention de sortie de voie, la détection de somnolence au volant et le freinage d’urgence automatique ne sont pas encore disponibles. Ils le seront toutefois avec le modèle 2017, qui se méritera sans doute la plus haute mention de l’IIHS aux tests de collision. La seule autre option que j’aurais aimé avoir ne viendra malheureusement pas l’an prochain, c’est-à-dire le même moteur turbodiesel de 2,0 litres (180 chevaux, 318 livres-pied) que dans le nouveau Jaguar F-PACE

Verdict
En somme, le Land Rover Discovery Sport HSE 2016 m’a conquis avec son habitacle aussi fonctionnel que luxueux, ses remarquables interfaces numériques, son excellent comportement routier, son grand potentiel hors route, son rendement efficace et son superbe design. C’est probablement le VUS compact de luxe le plus pratique qui soit.

 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Land Rover Discovery Sport 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Land Rover Discovery Sport 2016
Land Rover Discovery Sport 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :K.Tuggay
Photos du Land Rover Dicovery Sport HSE 2016