Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Nissan Frontier PRO-4X 2015 : essai routier

Nissan Frontier PRO-4X 2015 : essai routier

Les amateurs savent à quoi s’attendre Par ,

La catégorie des camionnettes intermédiaires s’est quelque peu amincie ces dernières années. Avec le retrait de l’increvable Ford Ranger en 2012 (n’oublions pas la Série B de Mazda jumelle du Ranger), du tandem Chevrolet Colorado/GMC Canyon et du Ram Dakota une année auparavant, le segment des petits « pickups » a soudainement été réduit à 2 représentants nippons, l’instant de quelques mois. 
À part le Toyota Tacoma qui domine la catégorie depuis quelques années, c’est un certain Nissan Frontier qui pointe au 2e rang des ventes, cet outil de travail plus compact étant parmi nous depuis 2005 sous cette forme, bref une éternité dans l’industrie!

Un essai d’une semaine a permis de constater que le Frontier était encore dans le coup en matière de capacités, même si certains ajustements ne feraient pas de tort!  

Vivement la relève
Ailleurs dans le monde, Nissan est passée à une autre étape, la camionnette Navara NP300, cousine du Frontier, étant déjà commercialisée. Chez nous, il va falloir attendre encore un peu avant de connaître la suite de l’histoire. Nul doute que l’arrivée prochaine du Titan en sol nord-américain constitue une priorité pour le constructeur nippon, mais il ne serait pas surprenant que Nissan accélère l’introduction de sa camionnette intermédiaire au cours des prochains mois.

Néanmoins, malgré son âge, le Frontier est loin d’être un laideron, surtout en livrée PRO-4X avec ses grosses pneumatiques, ses jantes spéciales, quelques autocollants ici et là et un bouclier macho qu’il partageait jadis avec l’ancienne génération du Pathfinder. Dans le cas qui nous intéresse, la camionnette empruntée au constructeur était dotée de la boîte de 6’1" et la cabine King. 

Ce bon vieux V6
D’ailleurs, l’écusson PRO-4X vend tout de suite la mèche sur ce qui se trouve sous le capot. Nissan a beau offrir un 4-cylindres pour le modèle S d'entrée de gamme, le V6 de 4,0-litres d’une puissance de 261 chevaux et 281 lb-pi de couple équipe toutes les autres versions. 

Si les boîtes manuelles ont à peu près toutes disparu du monde des camionnettes pleine grandeur, elles persistent toujours au sein des petits camions, une option qui plaît aux quelques irréductibles qui ne prêchent que par les 3 pédales. Vous comprenez donc que la transmission boulonnée au 6-cylindres était une bonne vieille manuelle à 6 rapports. 

Et puisqu’il s’agit d’une camionnette principalement conçue pour le plaisir – elle peut dépanner à l’occasion, vous savez –, vous ne serez pas étonnés d’apprendre qu’il est possible de choisir le type de motricité souhaité (2RM, 4RM ou 4RM Lent). 

L’autre point à ne pas négliger, c’est sa capacité de charge qui est de 546 kg (dans la boîte), tandis qu’il peut remorquer jusqu’à 2858 kg. 

Une ambiance rustique 
Outre l’apparence « m’as-tu-vu » et son petit côté pratique, le Frontier doit également livrer la marchandise à l’intérieur. À ce chapitre, il faut l’avouer, le petit camion a du mal à cacher son âge de conception. D’ailleurs, à côté des modèles les plus récents de la marque, il manque de raffinement. Mais bon, peut-on critiquer cette décision d’avoir laissé le Frontier vieillir au fil du temps? Non, pas vraiment.

 Malgré ce look du milieu des années 2000, la planche de bord a tout de même l’avantage d’être ergonomique, les principales commandes étant bien disposées. Le plastique n’est pas aussi noble qu’à bord de certains autres produits Nissan, mais bon, n’oublions pas la vocation plus rustique de cette camionnette. La sellerie en tissu a droit à une broderie PRO-4X exclusive et s’avère relativement confortable, compte tenu de la rigidité du châssis et des amortisseurs Bilstein conçus pour la conduite hors route. Évidemment, cette cabine allongée autorise l’assise de 2 passagers additionnels grâce aux strapontins à l’arrière, mais dans ce cas-ci, il s’agit vraiment d’une option de dépannage. 

Le Frontier PRO-4X a peut-être beaucoup de défauts, mais il se reprend de belle manière au chapitre de l’expérience de conduite. Disons que son côté archaïque change des véhicules sans saveur de notre époque. Le Frontier se comporte comme une bonne vieille camionnette. Son châssis rigide combiné à cette suspension plus ferme transforme chaque nid-de-poule en un festival du sautillement. La direction imprécise demeure un brin lourde, une situation créée par ces pneumatiques imposantes. 

Mais, le clou du spectacle, c’est le maniement du levier de vitesse dont le pommeau rappelle les coutures d’une balle de baseball. Cette transmission n’a certainement pas la précision d’une boîte de voiture sport, mais qu’importe, le fait de pouvoir dompter ce vétuste V6 de 4,0-litres à sa guise est un bonus pour l’amateur. 

Conclusion
Que doit-on retenir du Nissan Frontier PRO-4X? Il est dû pour un renouvellement, c’est certain. Il consomme de manière abusive (prévoyez une moyenne de 15 L/100 km pour cette livrée 4x4), surtout en ville. Le confort n’est pas sa principale qualité. Et, en plus, la qualité de certains plastiques à l’intérieur laisse un peu à désirer. 
Sauf que tous ces défauts sont normaux pour une camionnette de ce gabarit. D’ailleurs, les acheteurs de cette version PRO-4X savent ce qui les attend en acquérant un jouet de cette trempe. 

 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Nissan Frontier 2015
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Nissan Frontier PRO-4X 2015
Nissan Frontier PRO-4X 2015
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :V.Aube
2015 Nissan Frontier Pro 4X pictures