Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Nissan Pathfinder LE 2011 : essai routier

Nissan Pathfinder LE 2011 : essai routier

Une bonne job à la pompe Par ,

Au fil des ans, j’ai réalisé que je ne raffole pas des VUS. Si bien que je préférerais tenter de farcir une décapotable de tout mon équipement de camping plutôt que de choisir un spacieux VUS pour l’expédition. Je n’ai rien contre eux, c’est juste pas mon truc. Même si j’ai un petit faible anormal pour une certaine marque britannique ô combien princière…

Par rapport au modèle de l’an dernier, l’extérieur demeure généralement inchangé. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Mais là n’est pas le sujet de cet article. Mon dernier modèle d’essai était un Nissan Pathfinder LE 2011 flambant neuf. Premières impressions? Un VUS très masculin. Mes voisins et mes amis ont commenté le style contemporain du Nissan, et la majorité a appris avec étonnement qu’il s’agissait bel et bien d’un Nissan.

Par rapport au modèle de l’an dernier, l’extérieur demeure généralement inchangé. La calandre se montre un peu plus raffinée et sobre, tandis que les grandes arches de roue lui confèrent un caractère rustre. Présentant une croupe carrée, le Nissan Pathfinder se distingue dans la mesure où il ne suit pas la tendance actuelle tirant sur les vaisseaux spatiaux et les amandes. Voici un VUS carré et fier de l’être.

Le petit air macho récidive à l’intérieur. Tout s’avère grand et bien espacé. Des sièges aux boutons de la console centrale (malencontreusement loin du conducteur qui cherche à changer de poste), ce Nissan respire la rusticité. Et c’est bien comme ça, car le Pathfinder n’est pas censé faire dans la dentelle.

Mon bolide profitait d’un ensemble de navigation de 2 800 $ ainsi que d’un système de divertissement DVD de 2 000 $, ajoutant un écran à l’avant et un deuxième écran couleur rabattable de 7 pouces avec écouteurs pour les mousses à l’arrière (ou les passagers détestables que vous ne voulez pas entendre).

Sans ces deux groupes d’options, le Pathfinder offre le strict minimum. Parmi les commodités de série, notons des sièges en cuir, chauffants à l’avant, un volant chauffant et une troisième rangée de sièges. Encore une fois, on respecte la mission de ce véhicule : on parle d’un transporteur à sept places plus viril qu’une camionnette et plus spacieux qu’une familiale. Je comprends tout à fait.

Des sièges aux boutons de la console centrale, ce Nissan respire la rusticité. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)