Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Premières impressions : Acura TL Type-S 2007

Premières impressions : Acura TL Type-S 2007

Par ,

Type S-ensas

Washington, D.C. - Lorsque la troisième génération de l'Acura TL a été lancée, en 2004, elle est instantanément devenue la voiture de luxe la plus vendue au sud de la frontière. Les ventes au Canada sont également très fortes. Encouragée par ce succès, la compagnie a jugé qu'une refonte complète n'était pas encore nécessaire et qu'avec de légers ajouts, cette élégante berline pourrait toujours rivaliser avec les meilleures au monde.

Acura TL Type-S 2007 (Photo: Acura)
Ainsi, pour 2007, l'Acura TL conserve son V6 de 3,2 litres développant 258 chevaux. Toutefois, elle est accompagnée d'une toute nouvelle version Type-S. Celle-ci est une machine bien spéciale: son V6 de 3,5 litres génère 283 chevaux et 224 lb-pi de couple par l'entremise d'une excellente transmission manuelle à six rapports ou, en option, d'une automatique à cinq rapports avec palettes de commande manuelle au volant.


Au-delà de la puissance accrue et des palettes au volant, la Type-S comprend d'autres ajouts qui améliorent sa performance, dont un différentiel à glissement limité, une barre stabilisatrice arrière de plus grand diamètre, des réglages de suspension modifiés, des freins à disque de plus grand diamètre à l'avant ainsi que des étriers de freins Brembo à quatre pistons à l'avant.

Afin de pouvoir tester ces nouveaux attributs sans se faire arrêter par la police, des journalistes ont récemment été invités au Summit Point Motorsports Park, en Virginie occidentale, à deux heures environ de Washington. Le circuit à multiples configurations est étroit et sinueux (probablement plus approprié pour des courses de karting), mais il nous a quand même donné la chance d'évaluer les réactions de la
TL Type-S en conduite agressive.

Acura TL Type-S 2007 (Photo: Acura)
Premières impressions: la voiture était beaucoup trop puissante pour ce circuit -- son prodigieux V6 aurait préféré une piste plus large. En effet, un seul virage pouvait vraiment être pris à haute vitesse. J'ai passé le reste du temps à tourner le volant de gauche à droite pour survivre à l'enchaînement de virages prononcés.

Par surcroît, il était difficile de se familiariser avec la piste: au moins trois virages étaient «cachés» par des dénivellations de terrain. N'ayant effectué que huit tours de piste (quatre avec la version manuelle et quatre autres avec l'automatique), je n'ai pu trouver un bon momentum. Ceci dit, j'ai eu le temps de voir que la boîte automatique offrait la meilleure conduite: en désactivant l'Assistance à la stabilité du véhicule et en caressant la pédale de frein avec le pied gauche, c'était beaucoup plus facile de minimiser l'effet de sous-virage et de pointer correctement la voiture dans les courbes.

Étonnamment, l'Acura souffrait d'un plus grand roulis de caisse que ce à quoi je m'attendais. Il faut dire que le circuit était très exigeant et, comme je l'ai déjà dit, plus approprié pour des petits bolides de karting. Les pneus toute saison Michelin P235/45 R17 ont bien performé, offrant une bonne adhérence dans l'ensemble. Les freins avant émettaient beaucoup de fumée à la fin de chaque séance de deux tours; à leur défense, les journalistes qui les essayaient leur mettaient beaucoup de pression. D'autre part, j'ai trouvé la pédale d'embrayage dans la version à boîte manuelle trop légère pour être utilisée à profusion. Ceci m'amène à une autre problématique: 283 chevaux, c'est beaucoup pour des roues avant, même avec un différentiel à glissement limité.