Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota 4Runner SR5 V6 2009 : essai routier

Toyota 4Runner SR5 V6 2009 : essai routier

Une imposante machine Par ,

Les utilitaires sport deviennent de plus en plus utilitaires, et de moins en moins sport. Dans les faits, la plupart sont désormais des dérivés de voiture auxquels on a simplement ajouté une carrosserie plus imposante, histoire d‘augmenter l’espace disponible.

Le 4Runner correspond à la fois une bête de ville et une bête des bois.

Mais dans la plupart des cas, les capacités réellement sportives se font plutôt rares. Bref, les petits utilitaires sport, et même les plus gros, ne répondent plus vraiment à cette définition. Ce qui ne s’applique pas au Toyota 4Runner, un des derniers vrais utilitaires polyvalent de sa catégorie avec les Nissan XTerra et autre Jeep de tout acabit. Avec son châssis échelle et sa construction solide, le 4Runner se sent bien seul dans son domaine, mais réussit bien le travail.

Affaire de style
Avouons cependant que le Toyota 4Runner ne représente pas exactement le modèle le plus sexy. On a eu beau lui insuffler des lignes macho, l’ensemble de la silhouette affiche une allure un peu vieillotte. Pas facile, direz-vous, de rendre moderne un profil presque carré vraiment attirant.

Une bonne note tout de même, pour la calandre proéminente fort bien réussie, et totalement intégrée dans le design. Quant à la partie arrière, elle s’apparente à la plupart des autres modèles d’utilitaire sport, et demeure un peu anonyme.

Détail ayant son importance, la garde au sol du Toyota 4Runner est haute, et cela se traduit dans la silhouette. Le véhicule donne une impression de forte taille (il l’est mais pas à ce point), plus grand en fait que dans la réalité, parce qu’il se trouve haut perché.

Quant à l’habitacle, il se révèle vaste, spacieux, rempli d’espace de rangement bien placé, mais profite cependant d‘une ergonomie et d’un design douteux. Impossible par exemple, de m’adapter au style des commandes de réglage du système de chauffage et de ventilation.

Il faut en effet trouver la bonne combinaison, en appuyant sur différentes parties de boutons plus gros divisés en quartier, ce qui n’a rien d’intuitif… ni même d’agréable. Quant au reste de la planche de bord, il offre une sobriété telle qu’on l’oublie facilement, un avantage dans ce genre de véhicule.

L’habitacle se révèle vaste, spacieux et rempli d’espace de rangement bien placé.