Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota RAV4 4RM 2011 : essai routier

Toyota RAV4 4RM 2011 : essai routier

Remplir son devoir Par ,

En général, on construit une voiture avec un objectif en tête. Des mastodontes tous terrains aux éconobagnoles en passant par les supervoitres, on les conçoit et fabrique pour remplir une certaine fonction. Cet objectif et cette fonction sont ordinairement d'une évidence suprême et s'annoncent immédiatement à l'acheteur. Mais pas toujours. Parfois, il faut passer un peu de bon temps avec un modèle pour réellement saisir sa nature, un peu comme réapprendre à connaître un cousin lointain qui vient de refaire surface pour la première fois depuis des années.

Toyota RAV4 4RM 2011 vue 3/4 avant
Il ne s'agit peut-être pas de l'utilitaire compact le plus saisissant sur la route aujourd'hui, mais il est définitivement au goût du jour. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)

J'ai réappris à connaître le Toyota RAV4 récemment. Je n'avais pas tissé de relation très profonde avec lui par le passé, pourtant je croyais bien le comprendre. J'avais tort.

De l'extérieur, le Toyota RAV4 2011 a vraiment pris du galon. Il ne s'agit peut-être pas de l'utilitaire compact le plus saisissant sur la route aujourd'hui, mais il est définitivement au goût du jour avec ses feux arrière stylisés et sa carrosserie sculptée qui lui confèrent du panache bien mérité. Le nez manque un peu d'impunité et de caractère, par contre il présente tout de même des phares sport modernes et une calandre simple et raffinée. Des rails de toit et des enjoliveurs de roues de couleur assortie viennent compléter le look, qui semble bien fignolé globalement.

L'habitacle reprend cette honnêteté. Toyota a réussi à créer un véhicule qui remplit impeccablement bien son devoir. Il ne déchaîne pas les passions et il ne laisse personne de glace : il fait ce qu'il a à faire, un point c'est tout. Je dis, bravo. Le RAV4 n'a rien d'une voiture de rêve. Aucun p'tit gars ne va scotcher une affiche du RAV4 au-dessus de son lit... par contre ses parents vont visiter un concessionnaire Toyota et signer en bas de la page, parce qu'il est pratique et abordable et qu'il fait la job.

Alors revenons à nos moutons.

La console centrale, les instruments et même le volant rappellent presque une camionnette. Tout est un peu rustre, mais de la bonne façon. J'ai plutôt aimé la localisation de la radio et des commandes du climatiseur. Les boutons et molettes se laissent facilement manipuler, sans doute même avec des gants d'hiver ou de construction. J'ai craqué pour les cadres en chrome brossé ultra contemporains du bloc d'instruments. Ils ajoutent une pointe de classe à une mer de trucs légèrement ordinaires et banals.