Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

VOLKSWAGEN PASSAT 2000

VOLKSWAGEN PASSAT 2000

Par ,

Feux verts

Feux rouges

  • Comportement routier impressionnant
  • Habitabilité assurée
  • Finition sérieuse
  • Tableau de bord pratique
  • Moteur V6 sophistiqué
  • Couple du moteur V6 mal réparti
  • Boîte Tiptronic peu utile
  • Prix corsé
  • Pneumatiques moyens
  • Traction intégrale toujours absente
QUEL PASSÉ?

Il n'y a pas si longtemps encore, plusieurs considéraient la Volkswagen Passat comme étant la Edsel allemande. Cette voiture, bien que remplie de promesses et fort agréable à conduire, s'était plantée sur le marché nord-américain à la fin des années 80 en raison d'une fragilité presque sans équivalent et d'une boîte automatique pas adaptée du tout aux conducteurs nord-américains. La deuxième génération s'était rachetée en partie, mais il aura fallu l'arrivée d'une toute nouvelle Passat en 1998 pour que l'on assiste à une véritable révolution.

Cette fois, c'était la bonne. Spacieuse, élégante, agréable à conduire, pouvant être commandée avec un moteur V6, cette allemande a également montré une fiabilité au-dessus de la moyenne. Tant et si bien que plusieurs personnes qui n'auraient jamais considéré se procurer une Passat auparavant se sont laissé tenter. Son passé lourdement chargé d'échecs et de demi-mesures s'est estompé comme par magie.

Ces succès, Volkswagen les doit en grande partie à sa filiale Audi puisque la Passat emprunte la majorité de ses éléments mécaniques à l'Audi A4, notamment la plate-forme, la suspension avant et les deux moteurs au programme. Elle se démarque de cette dernière en utilisant une suspension indépendante arrière avec essieu à poutre de torsion, plus économique à fabriquer et convenant davantage à la section arrière plus volumineuse de la Passat.

Le moteur de série est le 4 cylindres 1,8 litre turbo à 5 soupapes par cylindre développant 150 chevaux. Plusieurs le considèrent comme le meilleur 4 cylindres sur le marché. Sa puissance n'est peut-être pas aussi élevée que celle de certains autres, mais elle est livrée juste à point. De plus, au fil des années, il a démontré une fiabilité sans tache. Une fois la version avec le moteur 1,8 turbo bien en place sur le marché, Volkswagen a amené le V6 2,8 litres, une autre recrue en provenance de chez Audi.

Ce moteur fait également appel à la technologie de 5 soupapes par cylindre et il développe 193 chevaux. Comme celle du 1,8 litre, sa fiabilité est rassurante. Ce V6 peut être associé à une boîte manuelle à 5 rapports ou à une automatique à 5 rapports de type Tiptronic permettant le passage des vitesses en mode manuel. Soulignons que cette boîte automatique a été l'objet de plaintes de la part de quelques propriétaires qui perçoivent un certain glissement entre le 2e et le 3e rapport. Malgré ce hic, la boîte continue de fonctionner et la situation demeure stationnaire. Il faut le souhaiter puisque les concessionnaires ne semblent pas en mesure de régler le problème. Cette hésitation serait de nature électronique et non mécanique.

DES CADRANS SEXY

Même si vous n'êtes pas de ceux qui vont craquer pour cet habitacle spacieux, bien disposé et possédant un tableau de bord aussi élégant qu'efficace, je suis prêt à parier que vous allez vous pâmer vous aussi pour ces cadrans indicateurs éclairés en bleu et en rouge. Il y a quelques années que Volkswagen nous offre cet éclairage sexy et je craque toujours. C'est non seulement d'une élégance rare, mais aussi très fonctionnel puisque cet éclairage rend la consultation des cadrans plus facile la nuit.

Il y a plus que cela. La finition est de qualité et on croit être à bord d'une voiture de prix beaucoup plus élevé. En comparaison avec l'Audi A4 dont elle est dérivée, cette Volkswagen propose des places arrière beaucoup plus généreuses. Et si les sièges sont fermes, ils se révèlent confortables au cours d'un trajet de plusieurs heures.

UN BEL ÉQUILIBRE

Cette berline à la silhouette épurée et à l'habitacle sobre semble de prime abord être une autre de ces voitures dépourvues de tout agrément de conduite. Pourtant, à l'usage, elle nous gagne rapidement à sa cause. Le moteur V6 manque toujours d'enthousiasme à bas régime pour ensuite s'animer au-delà des 3 000 tr/min pour offrir de très bonnes performances. Quant au 4 cylindres, il surprend par sa verve et ses reprises. En fait, c'est l'équilibre général de cette voiture qui explique le plaisir qu'elle procure. Bénéficiant d'une très bonne position de conduite, les mains bien agrippées à un volant aussi stylisé qu'élégant, on fait corps avec la machine. La direction pourrait cependant être plus précise, juste un peu plus. Dans les virages, la caisse demeure imperturbable et il est facile de garder le plein contrôle sur cette voiture aux réactions très prévisibles. Un rare bémol: j'attends toujours d'être impressionné par la boîte Tiptronic qui est plus futile qu'autre chose. De plus, le temps de réaction de la commande de passage des rapports en mode manuel est assez lent.

TOUJOURS PAS DE DIESEL

Si Volkswagen a nettoyé son jardin et nous propose dorénavant une Passat impeccable ou presque, cette compagnie continue d'en faire à sa tête. Le moteur diesel promis se fait toujours attendre et les tractions intégrales 4Motion ne seront pas sur le marché avant des lunes. À moins que... Avec Volkswagen, on ne sait jamais. On n'est pas à une surprise près.
Gallerie de l'article