Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Le Ram Longhorn 2500 Heavy Duty : 22 raisons de le « wowifier ! »

Photo : Ram

1.    L’énorme capot nous confirme à quel point le nom Ram convient parfaitement à la marque favorite de Dan Bigras. Ce bélier suscite un sentiment d’immense confiance. Les questions existentielles prennent le bord. Même s’il est bordé de velours, nous sommes aux commandes d’un tank. Il est où, le mur à défoncer ?

Photo : Ram

2.    La cabine Mega Cab du Longhorn est si spacieuse que la famille Daraîche au complet pourrait s’en servir comme studio d’enregistrement.

Photo : Ram

3.    Une fois que l’ordinateur de bord a mémorisé la hauteur à réglage électrique du pédalier, on ne se lasse pas de caresser le magnifique volant garni de cuir et de bois véritable. Ensuite on se dit qu’il faudrait bien penser à démarrer…

Photo : Ram

4.    Les borborygmes du Turbo Diesel Cummins de 6,7 litres à 6 cylindres en ligne sont carrément jouissifs. Bien différents du chant d’une Ferrari, ils séduisent à leur manière. On imagine facilement Hadès, le dieu des enfers, qui, des tréfonds de la Terre, laisse échapper des grondements sourds et menaçants parce qu’il n’a pas aimé la finale de Game of Thrones.

Photo : Ram

5.    Organisez la prochaine chasse aux cocos de Pâques de vos petits cowboys et « cowgirls » dans la cabine du Longhorn parce que les espaces de rangement y pullulent, comme la double boîte à gants, les compartiments secrets sous la banquette arrière et la console centrale dont le bac inférieur est si abyssal que le bathyscaphe du commandant Cousteau serait utile pour l’explorer.

Photo : Ram

6.    Puisque la superficie de cette console centrale/accoudoir rivalise avec celle d’un champ de blé des Prairies, il est question que la prochaine conférence sur la réunification des deux Corée s’organise autour.

Photo : Ram

7.    Il y a tellement de peaux de vache qui ont servi a décoré l’habitacle qu’un végétarien sera incapable d’y poser les fesses sans ressentir un immense sentiment de honte, tandis que les carnivores sentiront monter en eux l’irrésistible envie de se réserver une table à la La Belle et la Bœuf.

Photo : Ram

8.    Le dossier des baquets (bien sûr chauffants et ventilés) qui trônent à l’avant comportent une pochette de rangement. C’est souvent le cas dans les autres véhicules, me direz-vous. On a droit la plupart du temps à une fente dans laquelle, zoup ! on glisse facilement des trucs plats, possiblement la bouteille de vin qu’on offrira à des amis en échange (on croise les doigts) d’un bon repas et plus difficilement le poulet aux grains que l’on cuisinera pour lesdits amis parce que c’est à notre tour de les recevoir. Les deux pochettes du Longhorn n’ont guère plus de contenance que les autres mais elles se distinguent néanmoins par leur rabat qui est orné d’une boucle de ceinture dont on parerait volontiers son tour de taille avant d’arpenter fièrement le Festival western de St-Tite.

Photo : Ram

9.    Suggestion aux designers de Breguet, Jaeger-LeCoultre, Blancpain et autres anti-Timex de ce monde qui recherchent sans cesse des looks aguichants pour leurs pièces d’horlogerie : examinez les cadrans analogiques qui se profilent dans l’écran configurable logé derrière le volant du Longhorn. Ils sont cerclés d’une couronne finement ouvragée. Le petit cadran consacré à la jauge de carburant s’imbrique dans le plus gros qui affiche la vitesse et l’élégant ensemble baigne dans des teintes bronzées du plus chic effet. Une montre-bracelet qui s’en inspirerait serait rapidement en rupture de stock dans les boutiques RAM.

Photo : Ram

10.    Modernisme oblige, pas une seule cabine qui n’a désormais son écran central où le conducteur contrôle 1001 fonctions du bout des doigts. Avec ses 12 po facultatifs, celui du Longhorn est quasiment aussi généreux que celui d’une Tesla – il est donc énorme – tandis que les icones du système Uconnect qui le peuplent sont aussi faciles à comprendre que les paroles d’une toune country.

Photo : Ram

11.    C’est vrai, il manque 18 po aux 76 de la caisse livrée avec la cabine Mega Cab pour rivaliser avec les 8 pieds (2,4 m) de la caisse réservée aux cabines simple ou d’équipe, mais 1,9 m (6 pi 4 po) conviennent quand même amplement à toutes sortes de chargement qui feront le bonheur des ÉcoCentres locaux. De plus, son revêtement Line-X nous autorise à garocher nos 2x4 défuntisés sans trop faire dans la dentelle.

Photo : Ram

12.    La suspension multibras tente son gros possible pour nous balader dans le confort et, franchement, elle y parvient mieux qu’un Ford ou un GM. Il faut toutefois s’interroger sur la pertinence de cocher l’option de la suspension pneumatique arrière à correcteur d’assiette Auto-Level puisque des utilisateurs ont déjà laissé entendre que le système peine quand la chape hivernale s’étend sur le Canada.

Photo : Ram

13.    Vu la largeur du camion (jusqu’à 1 925 mm à l’arrière), on a besoin de points de repère quand il s’agit d’enfiler le chas de l’aiguille. Or, les deux gigantesques rétroviseurs de remorquage optionnels, dont la partie convexe en passant s’ajuste indépendamment du reste du miroir, jouent à la perfection leur rôle de mire. S’ils passent sous la guérite du poste de péage, tout passe !

Photo : Ram

14.    Pour aider aux manœuvres de stationnement, la caméra panoramique 360 degrés et la caméra de recul ParkView ne sont pas utiles, elles sont essentielles ! Malgré tout, avant de réussir à vous garer au centre-ville, une neuvaine à l’Oratoire St-Joseph s’impose.

Photo : Ram

15.    Les fossés le long des chemins de campagne n’effraient pas parce que les pneus tout-terrain Firestone LT285/60R20 sont heureusement plus hauts que la majorité des fossés.

16.    Sur les lourdes portières et l’imposant tableau de bord s’étale un cuir dont la texture et la teinte claire auraient fait honneur à la selle du cheval de Billy the Kid.

Photo : Ram

17.    Le système de son harman/kardon livrable en option dénombre pas moins de 17 haut-parleurs, dont un caisson d’extrêmes graves de 8 po. La chanson Un jour m’a mère m’a dit de la famille Daraîche n’a jamais aussi bien résonné ! Et que dire de Pour donner un peu de bonheur !

18.    Les Rolls-Royce sont fameuses pour la statuette Lady of Ecstasy qui surmonte leur mythique grille en forme de temple grec. Il faut lancer une pétition pour que le Ram 2500 Longhorn obtienne également sa figurine. Suggestions : un cowboy maniant son lasso, un cowboy à cheval, un cowboy discutant avec son banquier pour acquérir un Longhorn…

19.    Les marchepieds rétractables sont absolument indispensables à moins de s’équiper de crampons et d’un piolet d’escalade quand vient le temps de grimper à bord.

20.    N’achetez pas des billets pour La Ronde ! Plutôt, assurez-vous d’avoir une caisse vide puis repérez une voie ferrée. Demandez ensuite à votre douce moitié d’attraper un truc à l’arrière qui l’obligera à se détacher pour l’atteindre. Soignez votre timing. Au moment où il ou elle étire le bras, survolez les rails. Votre passager s’envolera vers le plafond ! Du plaisir garanti pour toute la famille !

Photo : Ram

21.    Le plein de gazole à plus de 100$ ? Absolument. En revanche, une consommation moyenne qui oscille autour de 12 litres aux 100 km et une autonomie de plus de 900 km, ce n’est vraiment pas si mal pour un brontosaure sur roues.

22.    Bien sûr, le Diesel a déjà connu des jours meilleurs. Mais la disgrâce dans lequel l’a jeté Volkswagen s’évanouit quand on réalise que ce moteur qui développe 370 chevaux et un couple de 850 lb-pi (contre 107 pour une Micra) peut remorquer jusqu’à 8 972 kg (19 780 lb). C’est donc dire qu’il est en mesure de tirer un éléphant d’Afrique (un mâle pouvant peser 7 tonnes). Il ne vous reste plus qu’à affubler votre beau-frère d’un gros nez rouge et vous voilà prêt à succéder à Barnum & Bailey.